Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le discours d'Emmanuel Macron plutôt bien reçu par les jeunes

Une délégation bretonne des jeunes agriculteurs s'est rendue à l'Elysée sur l'invitation d'Emmanuel Macron.
Une délégation bretonne des jeunes agriculteurs s'est rendue à l'Elysée sur l'invitation d'Emmanuel Macron.
© Bertrand - JA56

C’est devant des jeunes agriculteurs installés en 2016 et 2017, et devant des étudiants en agriculture, qu’Emmanuel Macron a tenu un discours très positif et plutôt bien reçu par ces derniers, dans le salon de l’Elysée le 22 février. Il a expliqué qu’il allait le tenir " un discours de vérité " et qu’il n’était " pas là pour plaire, mais pour faire ". Il leur a parlé d’un besoin de " mutation profonde " de l’agriculture " basée sur un triptyque : valeur ajoutée, ouverture et planète ". Il a abordé les dossiers qui fâchent - Mercosur, ICHN, pesticides. Sur le Mercosur, "il faut être cohérent : on ne peut pas me demander d’ouvrir des marchés vers la Turquie, la Chine ou le Japon et en même temps être contre le commerce ", a-t-il dit, insistant sur le fait " qu’il n’y aura jamais de bœuf aux hormones en France ", sauf si c’est de la fraude. Mais il a aussi donné de l’espoir avec la fiscalité agricole, où il a parlé d’une " refonte complète de la DPI et de la DPA avec une vraie réforme pour permettre une épargne de précaution, dès la loi de finance 2019 ". Emmanuel Macron a par ailleurs annoncé une réflexion d’ici mai 2018 sur " un système de préretraite avec une sortie progressive afin de faciliter l’installation des jeunes ".

Emmanuel Macron dévoile certains éléments du plan de 5 Mrd€

Le président de l’Agriculture a donné quelques éléments concernant le plan d’investissement agricole de 5 Mrd€. Il a annoncé un nouveau dispositif avec une enveloppe d’1 Mrd € de prêts garantis pour les jeunes agriculteurs. "C'est un travail conduit et finalisé avec la Banque européenne d'investissement, géré au plus près des territoires ". Les garanties personnelles demandées aux entreprises personnelles seront fortement réduites : de 130 % de garanties, elles passeront à 20 %, et les conditions financières permettront d'avoir un effet levier. " Nous accompagneront les projets d’investissements visant à réduire les pesticides, les projets de diversification des revenus agricoles, d’investissement dans des bâtiments d’élevage qui anticipent la demande des consommateurs ", a-t-il précisé. L'Elysée a aussi parlé de financement dans les serres, le numérique, la robotique et dans le soutien au plan protéine. Le président a aussi annoncé un fonds de prêts à la méthanisation à hauteur de 100 M€ avec BPIFrance, et un plan de profonde réforme des règles de développement de la méthanisation, d’ici à l’automne.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Crédits carbone : les premiers contrats sont signés
Fin 2019, la Commission européenne donnait son feu vert au régime d'aide proposé par la France pour le paiement de services…
Marc revit et se rééduque en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, (14) ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon…
Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Trop de porcs : l'État demande à la filière de s'organiser
Mardi 2 juin, un plan de filière porcin a été discuté en préfecture de Région pour tenter de résoudre le problème de fluidité des…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
GAEC Cabri'Hyaule - Eleveurs de chèvres laitières : En bio, produire du lait avec des fourrages de qualité
Des bovins lait en conventionnel aux chèvres bio, la ferme a beaucoup changé depuis 2016. Aujourd’hui, nous sommes trois, le père…
Publicité