Aller au contenu principal

Le Finistère expérimente un soutien à la reconversion des agriculteurs

Si, à la suite d'un licenciement économique, les salariés peuvent bénéficier d'un CSP, un contrat de sécurisation professionnelle, rien de tel n'existe pour les agriculteurs contraints à quitter leur exploitation. Pour les aider, eux aussi, à rebondir, la chambre d'agriculture a réussi à fédérer MSA, conseil départemental et régional et services de l'Etat autour d'une expérimentation.

Tous les ans, dans le Finistère, 60 à 70 agriculteurs en difficulté sont suivis par un comité de pilotage. Créé en 2009 par la chambre d'agriculture, la MSA, le Conseil départemental et les services de l'Etat, il permet de repérer les situations les plus fragiles. "Mais nous voulions aller plus loin", indique Bernard Simon, le président de la MSA d'Armorique. Et quand le Conseil départemental renouvelle son PDI, son programme départemental d'insertion, Alain Hindré, vice-président de la chambre d'agriculture saisit immédiatement la balle au bond. "Pourquoi les agriculteurs ne pourraient pas, eux aussi, bénéficier d'un programme spécifique d'accompagnement quand ils sont contraints de quitter leur exploitation ?"

1 000 €/mois pendant un an

Entre les différents partenaires du comité de pilotage, l'idée d'une expérimentation voit peu à peu le jour. L'idée ? Proposer à ces agriculteurs une indemnité de reconversion de 1 000 €/mois sur un temps suffisamment long, un an, pour leur donner le temps de se retourner. "Ils ont besoin de reprendre confiance en eux, analyse Alain Hindré. Ils pourront bénéficier d'un bilan de compétences et accéder, si besoin, à des formations". Et, comme les salariés en CSP, un interlocuteur référent sera chargé de les aider dans leurs démarches pour trouver un nouvel emploi.

"Ils ont de multiples compétences à faire valoir, note Patrick Vet, directeur de la Direccte Bretagne. Il y a fort à parier qu'ils ne mettront pas un an à trouver un emploi". Mais, même en le sachant, prendre la décision d'arrêter est souvent difficile. L'indemnité peut alors agir comme un levier.

RSA et fonds d'Etat

Une fois le projet esquissé, restait à trouver le financement. "Chacun apporte sa pierre à l'édifice", se félicite Stéphane Péron, élu en charge de l'agriculture au Conseil départemental, qui versera 500 €/mois au titre du RSA. L'autre moitié du budget sera versé par les services de l'Etat, via la Direccte, tandis que le Conseil régional financera le cabinet chargé d'accompagner la reconversion.

Dès janvier prochain, 12 à 15 agriculteurs devraient rejoindre ce dispositif expérimental, "que les services de l'Etat suivront de près, indique Patrick Vet. Nous avons tout à apprendre ! Contrairement aux salariés en CSP, la reconversion des agriculteurs touche aussi leur famille et leur patrimoine". "Et pourquoi ne pas proposer un dispositif similaire demain aux chefs d'entreprise", rajoute Stéphane Péron.

Accompagner les difficultés

Pour le moment, tous les membres du comité de pilotage souhaitent que ce dispositif, une fois établies les preuves de son utilité, puisse rapidement s'étendre aux autres départements et à un public plus nombreux. "Attention, souligne André Sergent, le président de la chambre d'agriculture. Notre volonté n'est pas du tout d'encourager les agriculteurs à partir ! Mais une fois que les difficultés sont là, nous nous devons de les accompagner". "N'ayez pas peur du lendemain, leur lance Olivier Le Bras, aujourd'hui conseiller régional mais il n'y a pas si longtemps salarié licencié de l'abattoir Gad. Si vous êtes accompagnés, le chemin sera moins difficile".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité