Aller au contenu principal

Le Gaec de la Ruelle accueille les adhérents du Ceta 35

Le Ceta 35 organise son assemblée générale tous les ans chez l'un de ses adhérents. Cette année, c'est le Gaec de la Ruelle à Treffendel qui a accueilli l'événement. Une exploitation de quatre associés qui travaille sur trois points clés : la recherche d'autonomie alimentaire, un système de culture intensif et innovant et une organisation du travail réfléchie.

"On est passé du tout labour au zéro labour !", lance Jean-Michel Massue, un des associés du Gaec de la Ruelle. La raison ? "D'abord, on est passé de 50 à 150 ha, et ensuite on a pris conscience de l'importance du sol et de la biodiversité, alors nous voulons produire en respectant l'environnement, sans être en bio, mais en recherchant l'autonomie alimentaire". Depuis cinq ou six ans ils cultivent du colza associé au trèfle et font du maïs en strip-till depuis quatre ans. "Pour la première année, nous avons essayé de la féverole avec le blé", ajoute Jean-Michel Massue. L'objectif étant de diminuer la pression maladie en féverole et de couvrir le sol. La féverole sera utilisée sur l'exploitation et vendue, le blé ira à la commercialisation et s'il reste un peu de mélange, il servira à l'alimentation des vaches laitières. Toujours dans l'objectif d'autonomie alimentaire, quatre hectares d'épautre sont cultivés pour les veaux et les taurillons. L'exploitation est aussi ferme de référence avec Bayer et met donc en place plusieurs leviers pour favoriser la biodiversité : barre d'effarouchement, ruches connectées, pièges lumineux à pyrales, arrêt du broyage des bords de champs...

La ration fourragère hivernale repensée

Pour la recherche de l'autonomie alimentaire, la ration fourragère hivernale a été entièrement repensée, avec notamment l'intégration de méteil. Les 140 vaches sont gérées en deux lots, avec au pâturage, 28 ha accessibles, soit 20 ares / vaches. Le lot des "fortes" pâture en premier puis le lot des "faibles" suit.

Sur l'organisation du travail, les quatre associés ont chacun un atelier et partagent des tâches communes, ce qui leur permet de prendre quatre semaines de vacances et d'avoir un week-end sur trois d'astreinte. Jean-Michel Massue gère les cultures, l'administratif et la ferme référence Bayer. Christian Thomas gère le troupeau laitier, et est intendant culture. Maryvonne Bessuand s'occupe de la traite matin et soir  et Gaëtan Jollive assure l'atelier taurillon et la gestion des veaux et des vaches taries. Le départ en retraite de Maryvonne étant acté prochainement, les associés réfléchissent à embaucher un salarié ou à prendre un robot. Un projet de méthanisation est aussi en cours de réflexion.

Ils ont dit

Didier Besnard, Claudie Grouazel, Delphine Rouault et Vincent Grégoire (co-présidents du Ceta 35) / Nous enrichissons notre réseau et nos formations grâce à l'ensemble de nos essais terrains mais aussi de nos travaux de groupes. L'an dernier des groupes se sont lancés dans des projets sur la transition numérique, le semis direct sous couvert, la démédication. Les essais sur le méteil ainsi que le travail sur l'outil de prévention sanitaire en porcs.

Quant à l'agriculture biologique, elle poursuit son dynamisme avec la création d'un groupe Cultures bio ce printemps. Travailler en groupe spécialisé sera sans doute capital à l'avenir. Mais rappelons aussi que la force du Ceta 35 a toujours été sa mixité, sachons la préserver. Tout échange entre systèmes opposés est toujours une remise en cause. C'est bien comme cela que l'on avance et rien de plus enrichissant que de se retrouver sur des thématiques d'innovations ou d'ouvertures, au travers de nos réunions intergroupes. Au fil des décennies, nous avons développé un ensemble de services pour les adhérents, qu'il est important de poursuivre et de faire reconnaître : essais culturaux, projets d'innovation, achats groupés, messages et informations techniques, outils d'aides à la décision...

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
La naissance d'un poids lourd du conseil, et de la Data en élevage
Par communiqué, quatre structures, Evolution, BCEL ouest, GDS Bretagne et Copavenir ont annoncé en fin de semaine dernière leur…
Viande cultivée : vers la fin de l’élevage ?
Depuis le premier steak haché créé en laboratoire en 2013, les techniques de production de viande artificielle progressent et de…
Une stratégie non pas tournée sur les volumes, mais le revenu
Lors d'une session en visio-conférence les chambres d'agriculture de Bretagne ont débattu et adopté les grands axes de leur…
Publicité