Aller au contenu principal

Le GDS renforce son programme d'actions sanitaires

Pour maintenir l'excellence de son statut sanitaire, l'élevage d'Ille et Vilaine ne doit pas baisser la garde mais au contraire, renforcer les mesures de prévention et de prophylaxie. Le GDS s'y emploie.

De gauche à droite, Thomas Berthe, nouveau directeur des services vétérinaires, Gilles Lavollée, président, et Eric Borius, directeur de la FDGDS.
De gauche à droite, Thomas Berthe, nouveau directeur des services vétérinaires, Gilles Lavollée, président, et Eric Borius, directeur de la FDGDS.
© Cécile Julien

/* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman","serif";}

Lors de l'assemblée générale du 7 avril, les responsables des GDS d'Ille et Vilaine ont présenté un programme d'actions sanitaires renforcé pour les années à venir. "Nous l'avons construit dans un double objectif, explique Gilles Lavollée, président de la FDGDS, pouvoir apporter des aides plus importantes aux éleveurs et harmoniser, par le haut, nos mesures dans un cadre régional".

Dès 2009, les fonds consacrés aux actions sanitaires augmenteront de 35% par rapport à 2007, pour dépasser les 1,63 million d'euros. Des efforts particuliers seront faits sur la paratuberculose, la BVD, l'accompagnement des jeunes et des regroupements de troupeaux. Pour 2010, l'augmentation par rapport à 2007 devrait atteindre 48%, ce qui permettra de prendre en charge 60% des frais de prophylaxie de la brucellose et de l'IBR. En 2011, 1,8 million devrait être disponible pour l'ensemble des actions sanitaires, ce qui permettra de porter à 90% la prise en charge. Une attention particulière sera portée aux élevages allaitants pour y renforcer la prophylaxie et la prise en charge des dépistages. Des efforts sont également faits lors de l'installation de jeunes ou du regroupement de troupeaux. Sur les 92 cheptels dépistés, en 2008, avant une installation ou un regroupement, la moitié ont montré une situation à risque pour une maladie ou une autre. Un audit va être proposé, 6 mois avant le regroupement, pour établir un bilan sanitaire et apporter des conseils de prévention.

 

Actions étoffées, moyens renforcés

Pour réaliser ces programmes, dans un contexte budgétaire tendu, le GDS doit passer par une hausse des cotisations. "Les éleveurs s'y retrouveront par une meilleure prise en charge des prophylaxies, rassure Gilles Lavollée. Ramenée sur 8 ans, la hausse des cotisations représentera 2,7%/an pour la cotisation lait et 5,4%/an pour la cotisation viande. Nous devons nous donner les moyens d'anticiper et d'être réactif face aux nouvelles maladies".

Comme cela a été le cas face à la FCO. 2008 restera marqué par la lutte contre cette maladie, avec les réunions d'information, l'organisation de la vaccination, le suivi des élevages touchés. 521 foyers ont été déclarés dans le département, 606 bovins traités et 355 sont morts de la FCO. "La vaccination estivale a permis une protection collective et individuelle qui nous a permis d'éviter les graves inconvénients qu'ont connu nos collègues du Nord en 2007, estime Gilles Lavollée. Depuis l'automne, il n'y a plus de cas cliniques". Pour les vaccinations à venir, le GDS poursuit la négociation des tarifs avec les vétérinaires. Pour 2009, la prévention se portera autant sur le sérotype 8 que sur le 1 et les éleveurs doivent veiller à n'importer que des animaux vaccinés.

Comme la FCO, de nouvelles maladies font leur apparition en Europe. L'assemblée s'est conclue par un exposé sur les facteurs d'émergence de ces maladies par Stéphane Zientara, de l'AFSSA. Un sujet à retrouver dans le prochain Terra.

 

Le département est en bonne santé

 

-         Brucellose/Leucose/Tuberculose : 99,4% des élevages du département sont indemnes grâce aux dépistages généralisés.

-         IBR : 98,1% des élevages sont certifiés indemnes, l'éradication touche à son but.

-         Varron : même si le varron a disparu de Bretagne, il est toujours présent en France, il est donc à surveiller lors de l'introduction d'animaux.

-         Paratuberculose : 178 élevages sont en plan d'assainissement, 12 ont été déclarés assainis en 2008.

-         BVD : l'éradication se poursuit par des plans d'assainissement et des dépistages à l'introduction. 43% des cheptels laitiers et 73% des allaitants sont indemnes. La situation en Bretagne est bonne, acheter un animal dans la région représente 4 fois moins de risque d'introduire un IPI qu'avec un animal venu d'un autre département.

-         Avortements : des aides au diagnostic sont proposées pour en connaitre l'origine.

-         Néosporose : 60 élevages ont été accompagnés dans un plan de maitrise.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité