Aller au contenu principal

Le Gouessant progresse dans la nutrition animale

Malgré le décrochage du prix de l'œuf et l'envolée des cours des matières premières amortie par la coopérative, Le Gouessant a réussi à dégager un résultat net de 3,6 millions d'euros en 2010 grâce à la progression de l'activité nutrition animale.

Patrick Fairier, président et Jean-Charles Oisel, directeur du groupe du Gouessant.
Patrick Fairier, président et Jean-Charles Oisel, directeur du groupe du Gouessant.
© terra

Le Gouessant(1) a approché le million de tonnes d'aliments commercialisés en 2010, dans un marché pourtant morose. Principale activité de la coopérative, la nutrition animale a connu une progression significative de 75 000 tonnes, surtout due aux aliments porcs, en hausse de 8% pour un tonnage annuel de 424 000 tonnes. Les aliments volailles, autre production phare de la coopérative, progressent de 5%, et les aliments bovins de 20%. L'illustration selon Jean-Clarles Oisel, directeur du groupe, "de la capacité du Gouessant à répondre aux nouvelles attentes des éleveurs par ses offres de services".

Offre en longueur sur l'aliment

 

L'offre en longueur donne la possibilité aux éleveurs de contractualiser un prix de l'aliment pour 3 à 12 mois, suivant les cotations journalières transmises par la coopérative. Un moyen de sécuriser les achats, pour des éleveurs de plus en plus indépendants et entrepreneurs, dans un contexte de forte volatilité des matières premières.
Développée depuis la fin 2010, l'offre en longueur a déjà séduit 120 adhérents formés aux marchés à terme, dont quarante ont passé des contrats à ce jour. Elle concerne presque toute la gamme d'aliments en porc et pondeuses. Constituant un véritable enjeu pour les services informations, de gestion ou de la formulation, "cette nouvelle offre de service a remis en cause l'organisation de l'entreprise", note Patrick Fairier, président du Gouessant.



Outils de décision

 

Pour sécuriser leurs marges, les producteurs de porcs ont, en outre, accès au marché à livraison différée initiée cette année par Syproporcs, le groupement de producteurs adossé au Gouessant. Le groupe avait également lancé, il y a trois ans, une offre de contrat de progrès technico-économique que 90 producteurs ont signé. Cet accompagnement individuel sur les performances d'élevage leur aurait permis un gain moyen de 30 000 euros par an (moyenne d'élevage de 200 truies).
Autant de "mécanismes limitant l'effet de la crise chez les producteurs", souligne le président du Gouessant, particulièrement inquiet du marasme de la profession. Patrick Fairier invite les producteurs à "prendre en main leur destin", notamment en "exigeant l'estampillage VPF aux distributeurs", en cause selon lui dans la récente baisse du prix du porc.  
Les diminutions de cheptel et les salles d'engraissement vides ont déjà eu un impact sur les ventes d'aliment du Gouessant fin 2010 et laissent envisager une année 2011 relativement moins bonne que celle enregistrée en 2010.



Succès des filiales

 

"Les filiales entrent dans une part non négligeable du résultat de l'année, commente le directeur du groupe. L'acquisition et la restructuration de la filiale nutritionnelle Nutri-ouest il y a quatre ans commencent à porter leurs fruits. La filiale Newborn implantée à l'export a connu un beau développement en 2010".
12 millions d'euros ont été investis dans les usines d'aliment et dans les filiales en 2010, et autant le seront en 2011. Il s'agit de "maintenir la performance du groupe pour pouvoir continuer de soutenir les éleveurs dans la situation de crise".

(1) L'assemblée générale du Gouessant se tiendra le 3 juin à Saint Brieuc, au parc expo de Brézillet, salle Hermione, à partir de 17h30.

Les chiffres 2010

L'entreprise : 564,1 millions d'euros de CA pour un résultat net de 3,6 millions d'euros.
Les hommes : 5 500 adhérents et 730 salariés.
L'aliment : 992 000 tonnes commercialisées dont 424 000 en  porcs (+8%), 443 000 en volailles (+5%), 92 000 en bovins (+20%) et
27 000 en aquaculture (+2%).
Les productions animales : 806 000 porcs commercialisés (Syproporcs), 1 million d'œufs, dont 1 sur 5 en alternatif et 74 000 tonnes de volailles chair.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Monotraite : Serge Hochet ne reviendrait pas en arrière
Dans le cadre des rendez-vous techniques bio, des éleveurs de la région témoignent de leur expérience. À l’EARL des Genêts, à…
Bien-être en poulet de chair, l’équation impossible ?
Danger ou opportunité ? La question du bien-être est au coeur des préoccupations de la filière avicole. Quelles évolutions et…
Christiane Lambert
"Les citoyens passent des commandes et les consommateurs ne sont pas au rendez-vous"
La présidente de la FNSEA était la semaine passée au Space. Alors que cette semaine du 21 au 23 septembre avait lieu à Niort dans…
La PAC peut-elle faire de l'UE un leader mondial de la durabilité ?
Pierre Bascou, un des penseurs de la PAC, était mercredi dernier au Space à l'invitation de la Maison de l'Europe. L'occasion…
"Agir en collectif" : le CRP Bretagne rappelle sa priorité
La signature par le ministre de l'Agriculture de la reconnaissance de l'AOP Porc Grand Ouest permet à la filière de franchir une…
"Un demandeur d’emploi sur deux change de branche d’activité"
Pôle emploi Bretagne et l’Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) organisent, aux côtés de leurs…
Publicité