Aller au contenu principal

Le Goûter bigouden, la qualité au service de l'innovation

Ils viennent tout juste de reprendre l'entreprise, comme un jalon de plus dans une carrière professionnelle déjà bien remplie. Mais déjà Guillaume Bapst et Yves Le Petitcorps fourmillent de projets pour le Goûter bigouden. La biscuiterie de Plonéour Lanvern (29) sera présente au Salon de l'agriculture pour présenter sa toute nouvelle gamme de gâteaux bretons et galettes à la farine de sarrasin.

À peine garée la voiture sur le petit parking de la biscuiterie que déjà la bonne odeur de beurre et de gâteau breton vient vous chatouiller les narines ! "Ici, tout est fait main", précise Yves Le Petitcorps. Un savoir-faire que les dirigeants veulent partager avec leurs clients, de grandes baies vitrées permettant, depuis la boutique, de suivre pas à pas les différentes étapes de fabrication dans le laboratoire adjacent.

 

Labo et boutique

Petit retour en arrière. "Cette biscuiterie a déjà une longue histoire, relate le nouveau propriétaire. Joëlle Kersual vendait bonbons et gâteaux sur les marchés. Convaincue de la qualité des produits, elle décide Pierre, son époux à reprendre la biscuiterie quand son propriétaire part en retraite". En 2010, la biscuiterie quitte leur domicile pour s'installer en plein bourg de Plonéour Lanvern et en profite pour ouvrir une boutique.

Avec sa gamme traditionnelle d'une douzaine de recettes, galettes et palets, gâteaux bretons et kouign amann, palmiers et rochers..., l'affaire se développe. Les ventes se font désormais à part égale entre la boutique, les GMS locales et les marchés du sud Finistère. Puis le temps passant, à leur tour, les époux Kersual songent à passer la main.

 

Des recettes artisanales

De leur côté, Guillaume Bapst et Yves Le Petitcorps, les deux repreneurs, sont à un tournant de leur carrière professionnelle. Créateur de l'Andes, le réseau des épiceries sociales et solidaires après avoir travaillé dans un office HLM pour le premier, DRH chez Air France après plusieurs postes dans différents secteurs pour le second, ils se lient d'amitié lors d'une formation d'un an à l'Edhec Paris, courant 2017.

À la recherche d'une petite affaire à reprendre, "plutôt dans l'agroalimentaire, biscuits ou yaourts", Guillaume est contacté par la chambre des métiers de Quimper. Tous deux amoureux de la Bretagne, l'un originaire de Pont l'Abbé l'autre de Belle-Ile, et partageant les mêmes valeurs, ils décident de se lancer ensemble dans l'aventure, même s'ils conservent tous deux un autre emploi.

Et la reprise est effective au 1er août 2018. "Ce qui nous a séduit ? Des recettes artisanales, sans aucun additif, un vrai savoir-faire reconnu localement, une petite équipe avec une organisation du travail fluide". Ici, tout est fait main, sans aucune machine, "hormis le pétrin". Un parti-pris qu'ils veulent conserver, forts de leurs valeurs. "On préfère recruter : les entreprises ont aussi un rôle socio-économique à jouer au niveau local".


De nouvelles recettes au sarrasin

Présent pour la première fois au salon de la gastronomie à Brest, le Goûter Bigouden en a profité pour faire d'une pierre deux coups : mieux se faire connaître dans le nord du Finistère et proposer à la dégustation une nouveauté, un gâteau breton à la farine de sarrasin. Car si les nouveaux dirigeants veulent s'appuyer sur la tradition, ils souhaitent aussi innover. Et se sont fixé un objectif ambitieux : proposer un nouveau produit tous les mois.

Après le Sarrabreizh, un nom imaginé par les visiteurs du salon brestois, le Goûter bigouden a continué à décliner la farine de sarrasin, d'abord en galettes puis en mini-breizh, un petit gâteau croustillant à l'extérieur et fondant à l'intérieur. "Et un éleveur de brebis laitières du pays bigouden propose maintenant des yaourts avec des miettes de galettes au sarrasin. Un délice !"

 

À Paris

Demain, autre première, c'est à Paris que le Goûter bigouden posera ses valises pour une grosse semaine, au Salon de l'agriculture. "L'an passé, à la même époque, j'y ai mis les pieds pour la première fois", se souvient Yves Le Petitcorps. "Nous savions que c'est là qu'il faut être pour se faire connaître", rajoute Guillaume Bapst, qui souhaite désormais vendre ses produits en dehors de la Bretagne. Un premier pas a déjà été fait. "Nos galettes sont maintenant distribuées au restaurant d'entreprise d'Air France".

Pratique

En attendant l'ouverture d'une boutique en ligne, dans les semaines à venir, vous pouvez trouver les biscuits du Goûter bigouden sur les marchés de Bénodet, Le Guilvinec, Lesconil, Pont l'Abbé, Saint Guénolé et Audierne. Le magasin, 8 rue René Le Berre, à Plonéour Lanvern, est ouvert le lundi de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30, du mardi au samedi de 9h à 12h et de 13h30 à 19h.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité