Aller au contenu principal

Le grand retour du bois

Pour se chauffer, construire ou fabriquer... Avec le réchauffement climatique, la nécessité de piéger le carbone et la raréfaction des énergies fossiles, le bois fait un retour remarqué sur le devant de la scène, comme l'ont constaté les forestiers lors de leur assemblée générale, le 20 juin dernier à Huelgoat.

L'assemblée générale du syndicat forestier s'est tenue le 20 juin dernier à Huelgoat.
L'assemblée générale du syndicat forestier s'est tenue le 20 juin dernier à Huelgoat.
© Syndicat des forestiers

"La conférence sur le climat se tiendra à Paris en décembre prochain". Si les forestiers se sont intéressés au sujet, le 20 juin dernier, lors de leur assemblée générale à Huelgoat, c'est avant tout parce que le réchauffement climatique "signe le retour du bois au centre du jeu". Et Bernard Ménez d'évoquer 4 dates-clés, 2007 et le Grenelle de l'environnement, qui acte le recours aux énergies renouvelables, 2012 et la déclaration du Giec, qui affirme la gestion durable des forêts comme moyen d'atténuer ce réchauffement, 2014 et la loi d'avenir, qui reconnaît l'intérêt du stockage du carbone dans les bois et forêts, et 2015 et le rapport du CGAAER.

"Sans doute le plus important", reconnaît le président du syndicat. Car le Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux réaffirme le rôle du bois dans la gestion du CO2. Et donne aussi les itinéraires sylvicoles, avec des espèces résineuses, peupliers ou feuillus à croissance rapide, qui se prêtent à une transformation en biomatériaux, à préférer aux produits fossiles et épuisables tels que béton, métaux, hydrocarbures, chimie fossile...

 

Non à la sur-réglementation

 

"Si nous pratiquons une sylviculture adaptée, facilement mobilisable et conservons une première transformation régionale, nous aurons investi à bon escient, résume Bernard Ménez, qui n'en cache pas pour autant quelques inquiétudes. La gestion forestière est soumise à 6 codes et une loi. Leur empilement et leur croisement aboutit à rendre problématique toute activité sylvicole. Et les règlements deviennent une arme anti-investissement".

Le message est clair. "Pas plus qu'on ne produit d'électricité éolienne sans éolienne, on ne sortira de bois de construction sans futaies résineuses. Et ce que nous ne fabriquerons pas, d'autres s'en chargeront. En attendant on aura laissé mourir une ressource, désertifier un territoire et raté une occasion de créer une activité portée vers l'avenir".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité