Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le groupe, un bon moyen de se sécuriser et d'apprendre vite en bio

La chambre d’agriculture de Bretagne met en place pour les agriculteurs, des groupes d’échanges bio et locaux sur les territoires. Ces moments de partage permettent de faciliter les échanges, et de sécuriser les conversions en apportant une expertise et une mise en commun des expériences. Éric, agriculteur en production laitière à Coatascorn (22), a débuté en mai 2019. Il témoigne de son passage en bio et de sa participation à des groupes d’agriculteurs locaux.

Éric Le Creurer, agriculteur en production laitière bio à Coatascom (22).

Le passage en agriculture biologique a-t-il été difficile pour vous ?

Éric Le Creurer. L’agriculture conventionnelle d’après-guerre a évolué, elle a permis des gains de productivité énorme. Elle s’est transmise de génération en génération. On a vu nos parents faire, on l’a appris à l’école et au cours de notre installation. Mais quand on convertit sa ferme en bio, on doit trouver de nouvelles façons de travailler. On sort du cadre que l’on a toujours connu. Et l’agriculture bio, elle aussi a évolué. De nouveaux profils de fermes voient le jour, plus grandes, avec des surfaces importantes en grandes cultures. Il y a peu de références autour de soi, et les enjeux financiers ne sont pas anodins.

L’engagement dans deux MAE successives m’a sensibilisé à la réduction des intrants et à la recherche d’autonomie. La conversion en bio est pour moi l’aboutissement de cette démarche, une autre façon aussi d’aborder le futur. Et entre le moment où j’ai commencé à réfléchir à ma conversion et le passage effectif, le projet a beaucoup évolué et doit continuer à le faire.

 

Pourquoi avez-vous décidé d’intégrer des groupes d’échanges ?

E.L.C. Plutôt que de s’angoisser tout seul et de ne progresser qu’à coup d’échecs, je préfère prévenir et acquérir de la maîtrise en accéléré avec l’appui de conseillers et les expériences - heureuses ou malheureuses - des collègues. C’est pourquoi, plutôt que de rester dans mon coin, j’ai décidé de partager mes questionnements avec d’autres, au sein de groupes thématiques.

 

Que vous a apporté votre participation à un groupe d’échange ?

E.L.C. Depuis deux ans, je participe à un groupe lait composé d’agriculteurs en bio, en conversion, en projet. Et récemment, j’ai intégré un jeune groupe en cultures bio du côté de Lannion. Il y a beaucoup d’expertise, et d’échanges en leur sein et ça nous aide à évoluer. L'effet rassurant et sécurisant est énorme.

Quand on se lance dans une conversion, on a tous besoin d’aide, en particulier dans une exploitation où la place des grandes cultures est importante. En effet, la stratégie globale de conduite des cultures sera très différente entre bio et conventionnel. Et le groupe est selon moi une aide indispensable. Ensemble, nous identifions les problèmes ou les questionnements partagés et nous cherchons collectivement des solutions, avec l’appui de conseillers. Un groupe c’est la possibilité d’échanger sur nos erreurs, d’éviter qu’elles se reproduisent chez les autres, de se rassurer et de se conforter dans ses pratiques. C’est une bonne façon de limiter les mauvaises expériences, et d’apprendre vite.

 

Un nouveau groupe culture bio sur Lanfains (22) : Réunion de lancement ouverte à tou(te)s le mardi 10 décembre à 14h30 au lieu dit Le Quelen, à Lanfains. Contact : Sarah Bascou (06 73 36 93 88)

 

Des groupes bio locaux dans tous les départements

Renseignez-vous auprès de vos contacts bio :

Côtes d’Armor : Sarah Bascou / 06 73 36 93 88 - Manuel Lacocquerie / 06 30 69 35 41

Finistère : Paul Landrain / 07 89 67 22 26 - Benoît Nézet / 06 88 27 89 92

Ille-et-Vilaine : Soazig Perche / 06 22 53 21 35 - David Bouvier / 06 30 12 42 42

Morbihan : Christèle Burel  / 06 37 79 84 47 - Clarisse Boisselier / 06 30 98 19 24 - Caroline Cocoual / 06 32 42 62 15

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Sarah Le Quer, installée à 24 ans
En octobre 2017, à 24 ans, Sarah Le Quer rejoint l’exploitation laitière familiale et s’associe avec son père. Un choix pesé,…
L’exosquelette entre en salle de traite
À la ferme expérimentale de La Blanche-Maison à Pont-Hébert dans la Manche, on teste depuis le 25 octobre l’exosquelette, un…
"Nous allons passer ce cap difficile, développer notre stratégie, accompagner l'agriculture"
Quelques jours après une grève des salariés qui a marqué les esprits, et à quelques jours des sessions chambre départementales,…
Vignette
Le P'tit gallo sur le chemin de l'autonomie énergétique
À Montreuil-le-Gast, la ferme du P'tit Gallo a fait son trou dans le paysage local. Après des débuts "un peu galère", quand il s'…
Vignette
Maïs grain, semis de céréales : la pluie retarde les chantiers
Si la pluviométrie record du mois d'octobre n'a pas trop affecté les chantiers d'ensilage de maïs, la récolte du maïs grain et…
"Notre métier, c’est de cultiver le sol, un sol biologiquement plus actif"
Régénérer le sol pour doper sa fertilité est la clé de l’agriculture dite de conservation. Toute une semaine lui était consacrée…
Publicité