Aller au contenu principal

Gaelap
Le lapin pâtit d'un manque de visibilité

Si la difficulté aujourd'hui criante des éleveurs de lapins requière des solutions financières à très court terme, il semble aussi évident que la pérennité de la filière passera par une amélioration de la visibilité du produit auprès du consommateur.

Les administrateurs de Gaelap lors de l'AG vendredi dernier à Pontivy, avec de gauche à droite, Jean Ruellot, Alain Guillotel (président), Sonia Deshayes et Jean-Paul Gombaud (absent sur la photo, Eric Guillermic, animateur du groupement)
Les administrateurs de Gaelap lors de l'AG vendredi dernier à Pontivy, avec de gauche à droite, Jean Ruellot, Alain Guillotel (président), Sonia Deshayes et Jean-Paul Gombaud (absent sur la photo, Eric Guillermic, animateur du groupement)
© Terra

Comme la production porcine, la cuniculture pâtit d'une hausse du prix de l'aliment inscrite dans un contexte de marché difficile. Dans cette situation de crise, Gaelap, premier groupement breton avec 90 adhérents et plus de 40 000 cages-mères, s'est donc uni au groupement de la Cecab afin d'être plus forts vis-à-vis des abatteurs. A eux deux, ils forment aujourd'hui le groupement Celtalliance. La défense du prix de reprise restera une priorité pour 2008.

 

Solidarité et soutien

 

Pierre-Arnaud Wacquez, de Sanders Bretagne, a présenté le dispositif d'accompagnement financier envisagé pour faire face à une situation de volumes excédentaires qui devrait perdurer en 2008. Le groupement souhaite tout d'abord "mettre en place des sauts de bandes raisonnés pour créer un déficit de volume chez les producteurs dont les lapins ne sont plus ramassés par les abattoirs". Pour ces éleveurs qui n'ont plus d'autre alternative et qui s'inscrirait dans cette démarche, le groupement, aidé de Sanders, souhaite jouer la solidarité en reversant un complément de trésorerie à hauteur de 4,5 euros par cage-mère. Ne pouvant accéder à des fonds Fac comme en production porcine, la profession a par ailleurs sollicité les banques pour pouvoir bénéficier de prêts de trésorerie (à hauteur de 100 euros par tonne de lapins commercialisés en 2007, à un taux d'intérêt de 6%). D'autre part, Alain Guillotel, président du groupement, a tout particulièrement souligné qu'au-delà de l'aspect financier, "le soutien humain est déterminant pour garder le moral dans ce moment d'incertitude".

 

Stratégie de communication

Malgré les atouts nutritionnels évidents de la viande de lapin, "la consommation se dégrade depuis près de deux ans maintenant, avec comme conséquence des stocks en hausse dans les usines, de 1400 tonnes aujourd'hui contre 500 dans une situation normale" relate Dominique Le Cren de l'interprofession (Clipp). A partir d'un nouveau logo "lapin de France", l'interprofession envisage pour 2008 une stratégie de communication axée sur la presse et sur internet. Elle compte durement négocier auprès des distributeurs, l'amélioration de la visibilité du produit en rayon. A moyen terme, ce travail sera essentiel pour pérenniser la filière.

 

Audrey Dibet

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité