Aller au contenu principal

Serres, hangar, matériel...
Le lycée de Suscinio rénove son exploitation

En 3 ans, le Conseil régional va injecter plus de 600 000 € dans l'exploitation agricole du lycée de Suscinio, près de Morlaix. La plus grosse exploitation en maraîchage bio du Ministère de l'agriculture.

: Dans l'ancienne serre plastique tout juste rénovée, où les élèves plantent les tomates, de gauche à droite : René Vaudouer, directeur de l'établissement public local de Châteaulin-Kerliver-Suscinio, Marylise Lebranchu, présidente du conseil d'administration de Suscinio, Maurice Etesse, responsable du site, et Philippe Mahé, responsable de l'exploitation
: Dans l'ancienne serre plastique tout juste rénovée, où les élèves plantent les tomates, de gauche à droite : René Vaudouer, directeur de l'établissement public local de Châteaulin-Kerliver-Suscinio, Marylise Lebranchu, présidente du conseil d'administration de Suscinio, Maurice Etesse, responsable du site, et Philippe Mahé, responsable de l'exploitation
© Chantal Pape

"A la rentrée 2011, nous avons constaté que les équipements de l'exploitation de Suscinio étaient vétustes. Et ne correspondaient pas à ce qu'on pouvait attendre d'une exploitation à vocation pédagogique". René Vaudouer, directeur de l'EPL, l'établissement public local de Châteaulin-Kerliver-Suscinio, Maurice Etesse, responsable du site de Suscinio, et Philippe Mahé, responsable de l'exploitation agricole, viennent tout juste d'arriver dans l'établissement. Et partagent la même analyse, qu'il s'agisse du matériel, des serres ou des bâtiments. Ils alertent alors le Conseil régional, en charge des lycées. "Et les choses sont allées très vite".

 

Rénover les installations

 

Un premier diagnostic est dressé. Et le principe d'une rénovation est acté. "Les premiers fonds ont été votés en avril, se félicite René Vaudouer. Ils ont déjà permis de rénover une vieille serre plastique : la bâche de couverture a été changée, une aération latérale est désormais possible et le système d'irrigation a été changé".

 

Acheter du matériel

 

Les prochains investissements concerneront le matériel. "Nous avons besoin d'un microtracteur, pour pouvoir travailler en sécurité sous abri, estime Philippe Mahé. Nous allons aussi acquérir un cultirateau, un outil très utilisé par les maraîchers de Bretagne Sud, une dérouleuse, des lames souleveuse et niveleuse, une remorque, un covercrop et un canadien, un distributeur d'engrais...". Pour les 17 ha de l'exploitation bio, la facture dépassera les 125 000 € sur 3 ans. Viendront s'y ajouter un tunnel plastique ouvert et une multichapelle à double paroi, en remplacement des serres verre, devenues dangereuses. "La surface sous abri sera portée de 5 000 à 7 000 m², ce qui nous permettra d'améliorer les rotations et de fournir en primeurs les restaurants scolaires de Suscinio et Kerliver", explique Philippe Mahé. Comment rêver circuit plus court ? "Nous livrons aussi l'Armorique maraîchère, à Taulé".

 

Mieux accueillir les Bac pro

 

Enfin, le hangar sera également rénové, pour un montant de 365 000 €. "Il est recouvert de plaques d'amiante, détaille René Vaudouer. Et il ne comprend ni sanitaires pour les salariés ni salles de lancement de travaux pratiques pour les élèves ni bureaux pour le responsable de l'exploitation, les chefs de projets ou les stagiaires". Une chambre froide est également prévue, afin de conserver les légumes dans de meilleures conditions. Et le nouveau bâtiment sera recouvert de panneaux photovoltaïques, afin de permettre à l'établissement de tendre vers une plus grande autonomie énergétique.

"Il ne s'agit pas d'une course aux équipements, précise le directeur. Juste d'opérer un réajustement, rendu nécessaire par l'absence d'investissements depuis de nombreuses années, tant en bâtiment qu'en matériel". Rendu nécessaire, aussi, par l'ouverture, dès la rentrée prochaine, d'un Bac pro CGEA, conduite et gestion de l'exploitation agricole, avec l'option "systèmes à dominante cultures". "Il faut faire travailler les jeunes avec les outils d'aujourd'hui", plaide Marylise Lebranchu, la présidente du conseil d'administration de Suscinio. Un bel outil, dont profiteront les 240 élèves et étudiants de Suscinio et les 140 apprentis de Kerliver. "Offrir un outil de démonstration et d'expérimentation pour nos élèves et les professionnels fait aussi partie de nos missions", rajoute René Vaudouer.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Pour un soutien différencié à l’agriculture biologique

De plus en plus de jeunes entrent dans le métier avec un projet en agriculture biologique (30 % en 2020 en Bretagne). Ce…

Publicité