Aller au contenu principal

Le lycée La Ville Davy accueille une journée 100 % bio

Dans le cadre de l'événement régional "La Terre est notre métier", une journée d'enseignement dédiée à l'agriculture bio, a permis à 259 élèves costarmoricains d'assister à des conférences et de rencontrer des éleveurs.

L'éleveur bio Serge Lanneshoa, Bernard David, directeur du lycée, Sarah Choupault et Gaëlle Corcuff du Gab22, Pascale Doussinault, arboricultrice et administratrice Gab22.
L'éleveur bio Serge Lanneshoa, Bernard David, directeur du lycée, Sarah Choupault et Gaëlle Corcuff du Gab22, Pascale Doussinault, arboricultrice et administratrice Gab22.
© terra

Pour cette première édition en Côtes d'Armor, c'est le lycée La Ville Davy à Quessoy qui a offert l'hospitalité dans le cadre de la journée d'enseignement agricole organisée par le réseau Gab-Frab en Bretagne jeudi 28 septembre. 259 élèves dont 114 élèves du lycée agricole La Ville Davy ont assisté le matin à deux conférences parmi quatre thématiques au choix (commercialisation, maraîchage, porc biologique, conversion en lait) et participé à une visite de ferme biologique l'après-midi. Ouverts à toutes les écoles, des élèves de six autres établissements agricoles ont participé à ces échanges sur la bio.
Comme l'intitulé le souligne "La Terre est notre métier", l'avenir des élevages biologiques et leur transmission questionne aussi ces filières. "Il y a plus de réticence des jeunes à aller vers l'élevage. Avec 30 % des fermes laitières bretonnes à transmettre sous 7 ans, quelque 150 élevages, il est important de sensibiliser les élèves aux métiers de la production", explique Sarah Choupault du Gab 22, en charge de l'organisation de la journée.

Un partenariat avec La Ville Davy
Ce programme livré clé-en main a séduit le lycée, destiné aux élèves de bac pro CGEA, bac technologique et bac S et aux enseignants, avec de la technique et des problématiques (lire encadré) . "Avoir sur une même journée des conférences et une visite de terrain, clairement, c'est une opportunité pour aller plus loin. Cette journée concentrée va être distillée et reprise dans les programmes. De façon générale, nous sommes très intéressés par les visites des expoitations et l'analyse des systèmes par les élèves", explique le directeur du lycée agricole Bernard David. Mais pas seulement. Ce même jour, la cuisine centrale de la Ville Davy s'est mise au parfum. 1 000 repas dont 600 sur site ont été préparés avec des produits bio. D'ailleurs, la présence de produits bio dans les menus de la cuisine centrale sera dorénavant systématisée. "Nous travaillons avec une société de restauration pour introduire le bio mais surtout localiser les approvisionnements", décrit Bernard David, qui souhaite dans le même temps améliorer la communication des produits consommés auprès des élèves.

Cultures et rotation : "Les vaches nous aident beaucoup"

Serge Lanneshoa, engraisseur de porcs bio à Pédernec a témoigné sur sa filière et les fondamentaux à ne pas négliger.
En Gaec avec son fils et sa femme, les associés gèrent trois ateliers bio : un, de 10 000 pondeuses, un deuxième de 60 vaches allaitantes et un troisième de 450 places d'engraissement équivalent porc charcutier. Le producteur de porcs vient de construire un nouveau bâtiment doté de la fabrication à la ferme (FAF). Autonome à 80 % sur l'aliment, les céréales sont stockées en silo vertical avant de rejoindre la machine à soupe. "La FAF nous permet d'économiser 100 EUR/tonne sur le coût de l'aliment consommé à hauteur de 400 tonnes par an. Quant au nouveau bâtiment, il nous fait gagner 2 points de classement TMP. Ce qui est énorme", décrit l'éleveur.
Mais il est un point névralgique sur lequel l'éleveur a assisté : les cultures. "Le plus dur se sont les cultures. Sans rotation avec de l'herbe pour nos bovins, nous n'aurions pas les mêmes rendements. Faire cultures bio sur cultures bio, c'est compliqué. Les vaches nous aident beaucoup !", lance-t-il. 
Sur 130 ha, 50 à 60 ha de cultures (maïs grain, blé, orge, blé/pois) sont gérés dont 30 ha de maïs.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité