Aller au contenu principal

Le porc sur paille plébiscité en bassin versant algues vertes

Depuis 2002, le conseil général accorde une aide "bâtiment" aux élevages de porcs sur paille. Secteur visé : le bassin versant de la baie de Saint-Brieuc où se concentrent les actions de réduction des flux d'azote.

Depuis 2002, le département des Côtes d'Armor apporte une aide aux éleveurs de porcs sur paille ou litière lorsque des travaux de transformation ou de création de bâtiments sont réalisés dans l'élevage (voir encadré). "80 éleveurs en ont bénéficié depuis 2002", indique Pierre-Louis Bourdoulous du Conseil général. Sur le bassin versant algues vertes de la baie de Saint-Brieuc, cette aide se double d'une aide du Conseil régional, qui propose un dispositif cumulable avec les aides du Conseil général.

Afin de sensibiliser les porteurs de projet aux démarches en place, le conseil général a organisé une porte ouverte sur l'exploitation de Norbert Lesné à Plélo mercredi 20 février, où près de 150 personnes se sont rendues.

Naisseur-engraisseur partiel entièrement sur paille, l'éleveur gère la conduite de 32 truies en 4 bandes et la fabrication d'aliments à la ferme. Sur 30 ha, il produit le maïs, le blé et l'orge qui entrent dans la composition des trois formules. L'élevage, adhérent au groupement de producteurs Aveltis, est certifié Label Rouge Opale. "Ici, il n'y a pas de course à la montre. Les porcs charcutiers sont abattus au minimum à 182 jours d'âge", explique l'éleveur, qui suit un cahier des charges non OGM et qui respecte le bien-être des porcs en engraissement.

Alors que le petit élevage traditionnel conduit par sa mère était destiné disparaître, âgé d'à peine 40 ans, Norbert Lesné décide de reprendre l'élevage familial en 2010, après deux générations d'éleveurs. "Il n'y a pas eu de frais en équipement car on se disait qu'il n'y aurait pas de relève", indique Renée Lesné, ancienne chef d'exploitation, dont le mari travaillait à l'extérieur à l'époque.

Une aide pour le bâtiment

Les bâtiments gestantes et la maternité sont réaménagés entièrement tandis qu'un nouveau bâtiment de post-sevrage (150-200 places) et d'engraissement (200 places) sort de terre. La conception du bâtiment sur litière cumulée a été réfléchie pour que le curage et l'alimentation soient mécanisés au maximum.

15 000 € d'aides sont allés à la construction du bâtiment. Un coup de pouce qui vient soutenir l'élevage dont le système tend à se rapprocher de la production biologique. Rémunéré seulement 1,68 €/kg en 2012, l'éleveur estime à 30 à 40 cts/kg le surcoût de son système avec paille : "l'aliment non OGM, l'indice de consommation plus élevé, le coût du bâtiment, l'achat de la paille...". En bio, le prix serait autrement rémunérateur à "3,20 - 3,60 €/kg". Mais Norbert Lesné veut se laisser le temps de rôder la technique et affiner les réglages avant de sauter dans le grand bain de la bio, très exigeante techniquement. "Avant de bien conduire sans airbag, mieux vaut conduire quelques heures avec", explique-t-il de façon imagée.

L'aménagement prochain du bâtiment gestante fera l'objet d'un dossier de demande d'aides auprès du Conseil régional cette fois.

Porcs sur litière : les aides possibles

Rénovation ou création de bâtiment : le Conseil général des Côtes d'Armor accorde une subvention dont le montant atteint 20% des travaux, soit un plafond de 15 000 € en démarche Label Rouge, CCP et autre démarche qualité. Ce plafond est majoré à 20 000 €, en démarche Label Rouge fermier ou agrobiologie. La limite des investissements est fixé à 75 000 € : cela comprend le terrassement, la maçonnerie, la toiture, la charpente ou encore le système d'alimentation…

Pour les élevages situés sur le bassin versant algues vertes de la baie de Saint-Brieuc, il est possible de cumuler une aide de la région Bretagne, via la DDTM, plafonnée à 15 000 € également (20% des travaux).

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité