Aller au contenu principal

Le préfet à la rencontre de la filière avicole

Le préfet du Morbihan Thomas Degos poursuit sa revue des agricultures morbihannaises. Il était ce lundi 9 novembre en visite chez un jeune aviculteur de Languidic dans l'objectif de se pencher sur la filière et notamment sur les questions d'installation et de transmission.

Le préfet Thomas Degos, au plus près des enjeux de la filière avicole.
Le préfet Thomas Degos, au plus près des enjeux de la filière avicole.
© Arnaud Hellégouarch / préfecture du Morbihan

Installé il y a bientôt 5 ans, Benoît Tréhin est aviculteur à Languidic ou il élève des dindes et des poulets. C'est son exploitation qui accueillait ce lundi 9 novembre la visite du préfet et du sous-préfet. Thomas Degos a en effet entrepris, depuis le début de l'été, d'aller à la rencontre des agriculteurs et des productions du département. Avec Benoît Tréhin et les représentants syndicaux présents (FDSEA et JA), il a évoqué les difficultés de la filière, les enjeux et les perspectives.

Premier producteur du pays

Le Morbihan est le premier producteur de volaille de France. 227 mille tonnes de volaille y sont en effet abattues chaque année pour 1,8 million de tonnes dans le pays, soit plus de 12 % de la production nationale. Cette filière est donc une activité capitale et, bien qu'elle ait souffert, c'est un secteur qui peut repartir. Elle doit pour cela se poser les bonnes questions et bien orienter son évolution, faire le lien entre l'exploitation, la situation départementale et les perspectives de marché. Il y a bien sûr un sévère problème de concurrence avec les autres pays européens et les nations outre-Atlantique. Mais on peut d'abord envisager de reconquérir le marché intérieur.

Moyenne d'âge de la profession élevée

Un des premiers problèmes de la profession avicole est la moyenne d'âge des éleveurs : 55 ans. La question du renouvellement des générations et de la transmission des exploitations se pose donc de manière cruciale. Elle se pose d'autant plus que les sommes à investir sont très importantes pour les jeunes qui s'installent. Souvent, ils parviennent à reprendre un bâtiment existant mais peinent à le moderniser et doivent souvent attendre longtemps avant d'en construire un neuf.

Des études sont en cours pour mettre en place une contractualisation mais il faut pour cela des coopératives en bonne santé.

Thomas Degos a tenu à dire que la santé des filières et des coopératives était une grande préoccupation des services de l'Etat. Il a promis des annonces à ce sujet dans quelques semaines.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Pour un soutien différencié à l’agriculture biologique

De plus en plus de jeunes entrent dans le métier avec un projet en agriculture biologique (30 % en 2020 en Bretagne). Ce…

Publicité