Aller au contenu principal

RECHERCHE
Le puceron dévoile son génome

Des chercheurs rennais, biologistes de l'Inra et informaticiens de l'Inria(1), s'allient pour décrire le génome du puceron et y trouver des moyens de combattre le ravageur des cultures.

Puceron du pois ailé.
Puceron du pois ailé.
© Bernard Chaubet, Inra.

Pour mieux combattre ton ennemi, apprends à le connaître. Les chercheurs de l'Inra s'y attèlent en décryptant le génome des insectes ravageurs des cultures. A Rennes, deux équipes, l'une de l'Inra, l'autre de l'Inria, se sont attelées au génome des pucerons, groupe de ravageurs le plus important au niveau mondial. "Décrire le génome est l'une des façons de comprendre la biologie d'un organisme, explique Denis Tagu, chercheur en "biologie des organismes et des populations appliquée à la protection des plantes". Le puceron a deux particularités : il vit en symbiose avec une bactérie et a deux modes de reproduction, clonale ou sexuée, selon la température. En connaissant les gènes qui agissent sur ces mécanismes, on pourra les perturber, ce qui réduirait la propagation des pucerons. Il faut connaître chaque point clé de la biologie, les gènes qui agissent, pour trouver les parades".
Théorie qui fonctionne aussi pour les ravageurs, coléoptères et autres chenilles, dont d'autres chercheurs dans le monde dissèquent le génome. D'autres insectes, ceux-là pour leur intérêt, comme l'abeille ou le ver à soie, sont aussi étudiés.

Gérer et valoriser des milliards de données

La description d'un génome génère des quantités gigantesques d'informations. Il a donc fallu trouver des solutions informatiques adaptées à la biologie, d'où une coopération innovante entre l'Inra et l'Inria. "Il faut analyser à grande échelle ces informations et les rendre lisibles, explique Jacques Nicolas, directeur de recherches à l'Inria. Ce qui permet de les mettre à disposition de tous". Car, c'est une spécificité de la génomique, les chercheurs donnent un libre accès à tous les génomes décryptés.
Les 16 et 17 novembre, se réuniront à Rennes une cinquantaine de chercheurs pour réfléchir aux systèmes d'information qui pourront gérer ces quantités de données sur les insectes ravageurs et en permettre l'accès à toute la communauté scientifique. "Nous devons structurer collectivement la gestion de ces données pour que tous puissent travailler et que l'on puisse comparer différents génomes pour avancer plus vite", souligne Denis Tagu. De ce travail en réseau dépend la rapidité à laquelle la génomique permettra de déboucher sur des applications concrètes.

(1) Institut national de la recherche en informatique et automatisation.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité