Aller au contenu principal

Le remplacement a la cote

Avec l'équivalent de plus de 130 temps plein et une activité en constante hausse, le remplacement est en pleine forme. Grâce aux associations locales à l'écoute des besoins des agriculteurs.

Martine Martin, secrétaire, et Dominique Trubert, président d'Ille et Vilaine remplacement.
Martine Martin, secrétaire, et Dominique Trubert, président d'Ille et Vilaine remplacement.
© Cécile Julien

/* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

"Alors qu'on n'arrête pas d'entendre parler d'entreprises qui licencient, faites savoir que l'agriculture recrute, qu'il y a des possibilités d'emploi dans le remplacement". Ce que Dominique Trubert, président d'Ille et Vilaine remplacement, lâche comme une plaisanterie est le révélateur d'un secteur qui ne connait pas la crise. Lors de son assemblée générale du 23 mars, la fédération des associations locales de remplacement a annoncé une augmentation de son activité de 38% en 4 ans. En 2008, ce sont plus de 210.000 heures de remplacement qui ont été effectuées dans les 31 associations locales. Les congés, avec plus de 85.000 heures, représentent le gros de l'activité de remplacement. Un chiffre en augmentation de 19%. Deuxième motif de remplacement, la maladie avec 62.000 heures et la maternité, avec 35.000. Congé paternité, formation et mandat syndical sont les autres motifs de faire appel au service de remplacement. Le nombre d'adhérents augmente également de 6% pour atteindre les 3.192. "Le remplacement est intégré dans le mode de gestion des exploitations, se félicite Dominique Trubert. Notre mode de gestion locale permet de proposer une offre à la carte, qui répond bien aux attentes des adhérents". Plus d'une centaine de bénévoles s'investissent pour le bon fonctionnement des associations locales.

Le service départemental connait la même hausse d'activité. Il intervient dans les cantons où il n'existe pas d'association locale et pour soutenir ces associations. Le service départemental a réalisé 10.642 heures en 2008 et emploie, en moyenne, 4, 5 salariés.

En terme d'emploi, les associations de remplacement embauchent 46 temps plein et plus de 230 vacataires. Le remplacement représente 131 ETP sur le département. Une PME en pleine croissance, car il n'y avait que 92 ETP en 2005.

 

Activités et adhérents en hausse

Si la demande de remplacement est de plus en plus importante, les enveloppes d'aides sont à la peine. Ainsi, les aides Casdar pour accompagner les agriculteurs qui se forment ou ont des mandats syndicaux ne couvrent pas les demandes. "Pour faire face à une enveloppe insuffisante, nous avons réduit la prise en charge à 5 jours par agriculteur, indique Dominique Trubert. Pour la formation, nous encourageons les agriculteurs à faire appel au crédit d'impôts. Reste le problème de fond que rien n'est fait pour encourager les gens à s'investir pour leur profession". Pour faciliter la prise de responsabilité, la fédération départementale a négocié un contrat d'assurances des responsables. "Présidents et planificateurs bénéficieront de cette assurance responsabilité civile pour couvrir les fautes commises dans l'exercice de leurs fonctions, explique Dominique Trubert. C'est une façon d'éviter les conséquences personnelles du fait de leurs responsabilités".

Pour intégrer la hausse des cotisations sociales, le coût horaire du remplacement est passé à 15 euros. Une nouvelle charge pourrait peser sur ce coût, au travers de la prise en charge d'une protection sociale complémentaire. "En 2010, sera créé un régime de prévoyance pour permettre à tous les salariés agricoles à des prestations sociales complémentaires, relate Martine Milan, présidente de la commission employeurs de la FDSEA. Une partie du coût sera à la charge de l'employeur. Nous conduisons actuellement des négociations paritaires pour déterminer les modalités régionales".

Pour 2009, Ille et Vilaine remplacement réfléchit, avec le Fafsea, à un vaste plan de formation pour tous les salariés des associations locales. La première formation serait à destination des nouveaux agents, afin de faciliter leur intégration et de leur assurer les bases du remplacement. Pour les agents en poste, plusieurs formations de "professionnalisation" seraient proposées : spécificités du métier, faire face aux situations difficiles, conduite du matériel, vêlage et soins aux veaux...

Retrouvez tous les informations du remplacement sur www.ille-et-vilaine-remplacement.fr.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
Les pratiques agricoles évoluent encore dans les bassins versants
Baisse d’achats d’engrais, plus de sécurité lors des traitements, progression des modes de cultures alternatifs… les pratiques…
Publicité