Aller au contenu principal

Le réseau Cuma encourage ses adhérents à tirer parti des nouvelles technologies.

Lors de l'assemblée générale en décembre dernier, les adhérents de la fédération des Cuma Bretagne Ille-Armor se sont retrouvés à Pleslin-Trigavou (22) à la Cuma Rance Arguenon. Entre informations et travail en groupe, un des sujets de la journée fut l'utilisation des nouvelles applications via internet. Au sein des Cuma, avec la technologie, les pratiques changent pour gagner en temps et en énergie.

Michel Lemonnier, secrétaire de la fédération des Cuma Bretagne Ille-Armor.
Michel Lemonnier, secrétaire de la fédération des Cuma Bretagne Ille-Armor.
© terra

Dans le monde des Cuma, des outils en ligne sont entrés pour faciliter le travail des responsables de Cuma avec la réservation du matériel, la saisie des bons de travaux ou l'échange d'automoteurs entre Cuma. Plus onéreux mais incontournable à l'avenir par les possibilités qu'il développe, le boîtier Karnott fait entrer les Cuma dans une ère nouvelle.

La gestion du planning, la saisie des bons de travaux
Dans l'offre logicielle de service "MyCuma", le site "MyCuma Planning et travaux", nécessite seulement l'entrée de son identifiant et de son mot de passe pour réserver le matériel désiré à la date choisie sur le planning qui s'affiche. "L'avantage est d'avoir la visibilité sur le matériel réservé avec la personne qui l'utilise avant et celle qui l'utilise après. Cela simplifie la relation, on passe un coup de fil à l'utilisateur suivant... C'est une simplification pour les adhérents et les responsbales de Cuma", conforte Michel Lemonnier, secrétaire de la fédération des Cuma Bretagne Ille-Armor, décrivant une prise en main simple, des adhérents satisfaits et une liberté de choix.
L'autre intérêt de l'outil est la saisie des bons de travaux. Fini le ticket papier, à partir d'un ordinateur ou d'un téléphone, toutes les informations - date, matériel utilisé, surface, nombre d'heures - sont entrées et enregistrées. Après validation par le responsable de la Cuma, le bon arrive directement à la comptabilité avec envoi de la facture derrière. Le responsable encourage les adhérents à demander ces outils. "Cela fait gagner du temps et de l'énergie". Le coût est de 200 EUR à 300 EUR par an selon le module choisi, à la charge de la Cuma.

L'entrée de la technologie avec Karnott
Le boîtier connecté Karnott placé sur l'engin, sorte de mouchard, suit toutes les interventions et enregistre toutes les informations nécessaires à la gestion des travaux agricoles : matériel en activité, lieu, temps passé, surface travaillée... Les parcellaires des adhérents sont pré-renseignés au préalable. Karnott repère le circuit, affecte un temps de trajet entre deux adhérents, dessine le parcours dans la parcelle. Le boîtier réalise le bon de travail avec transfert automatique dans Mycuma pour la facturation. Une simplication des tâche mais un must qui a un coût (public) de 200 EUR par boîtier pour un abonnement de 10 EUR par mois.
"Pour moi, c'est un véritable enjeu d'avoir un partenariat avec des starts up car ce type de technologies, on y va. A quel rythme, je ne sais pas ? Notre objectif est donc de faire entrer cela dans les moeurs", conclut Michel Lemonnier.

Cumalink favorise l'échange
Dernier outil présenté aux adhérents des Cuma est un outil qui renseigne les responsables de Cuma de l'Ouest des opportunités d'échange de matériel. A partir d'une carte, un zoom sur les automoteurs disponibles est possible. Reste à faire sa requête pour échanger moissonneuse-batteuse ou ensileuse.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité