Aller au contenu principal

"Le salon est un lieu de dialogue avant tout"

Le Salon de l’agriculture devrait, selon son président Jean-Luc Poulain, se tenir dans une bonne ambiance, avec un défilé de politiques renforcé, élections présidentielles obligent. Ce qu’il espère, c’est que ces nombreuses visites permettront à la profession agricole de s’exprimer, de montrer sa modernité et témoigner de sa passion.

Jean-Luc Poulain, président du Salon international de l’agriculture
Jean-Luc Poulain, président du Salon international de l’agriculture
© Thierry Michel

Le Salon de l’agriculture se tient cette année dans un contexte particulier avec les élections présidentielles. Attendez-vous plus de politiques ?

Jean-Luc Poulain. On assistera inévitablement, et comme tous les 5 ans, au défilé des candidats. Ce que j’espère surtout, c’est que ce sera utile à la profession agricole et que cela permettra un vrai débat. Peut-être aussi que cela fera émerger des idées, des propositions chez les politiques de tous bords. Nous aimerions que la France garde son rang agricole, alors qu’elle est en régression depuis cinq ans. Les agriculteurs sont entravés en permanence par un lot de contraintes et de normes qui leur nuit.

Avec la tenue du Sima en même temps, le visitorat sera-t-il plus professionnel ?

J-L.P. Avec la tenue du Sima cette année, nous nous attendons à un doublement du nombre de visiteurs internationaux. C’est ce que nous constatons chaque année où les deux salons se tiennent en même temps. Les principales délégations viennent d’Afrique, d’Europe de l’Est, avec quelques-unes aussi d’Amérique du Sud également. Elles seront accueillies au sein de notre club international.

Le thème retenu cette année est "L’agriculture : une passion, des ambitions". Est-ce une façon de faire des émules, une opération de séduction ?

J-L.P. Oui, mais nous voulons surtout essayer de positiver et de changer le climat détestable des campagnes. Nous voulons recentrer sur ce qui motive les agriculteurs au quotidien, sur la passion du métier. Nous allons montrer au grand public une vitrine de ce qu’est l’élite de la génétique en matière animale, notamment, et mettre en avant l’évolution de l’agriculture et ainsi sortir des clichés.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité