Aller au contenu principal

Le saule à la rescousse des petites communes

Première coupe de saules sur la commune d'Yvias, mercredi 26 novembre. La commune qui a choisie en 2006 le TTCR (taillis à très courte rotation) pour optimiser son système de traitement des eaux usées, a accueilli une machine unique en France.

La Cuma Breizh Energie a investi dans un outil de coupe des TTCR, qui récolte aujourd'hui 50 ha par an. On est loin des capacités de la machine qui peuvent atteindre 200 ha/an. Le coût de la prestation : 400 €/ha et 150 €/heure de coupe.
La Cuma Breizh Energie a investi dans un outil de coupe des TTCR, qui récolte aujourd'hui 50 ha par an. On est loin des capacités de la machine qui peuvent atteindre 200 ha/an. Le coût de la prestation : 400 €/ha et 150 €/heure de coupe.
© EL

La commune d'Yvias a reçu pour sa 1ère récolte de taillis de saule à très courte rotation (TTCR), l'unique outil de récolte en France "tiges entières", inauguré à cette occasion. Le 2ème du genre en Europe après l'Irlande (hors Danemark où elle a été conçue). Dans la parcelle de 1,5 ha de saules plantés en 2006, le terrain détrempé par les pluies des derniers jours ne facilite pas la tâche. Achetée fin 2007 par la Cuma régionale Breizh Energie, la machine a été choisie pour travailler en condition hivernale. La remorque, équipée deux scies circulaires et de chaînes, ne pèse que 7 tonnes à vide et s'adapte mieux à la portance des sols, permettant une plus grande souplesse de récolte. Avec ses 17 tonnes, l'option "ensileuse" a été écartée. Les tiges récoltées à la vitesse de 0,2 à 0,5 ha par heure, sont déchargées en bout de parcelles et reprises après séchage pour être broyées, 2 à 3 mois après. Le bois déchiqueté sera valorisé dans des chaudières sur le secteur ou servira de paillage. "Sur la commune, la dispersion des bâtiments communaux n'a pas permis de lancer un projet de chaudière", justifie le maire d'Yvias, Jean François Guillou.
Une solution pour les petites communes
En Bretagne, on compte 100 hectares de TTCR plantés dans le cadre du programme européen Wilwater, de 2004 à 2007. Le but : coupler l'épuration à la valorisation du bois de chauffage. Parmi les communes des Côtes d'Armor à s'être lancées dans le TTCR de saules à l'époque : la commune d'Yvias. Confrontée au taux de rejet de ses eaux traitées qui débouchent dans un petit ruisseau affluent du Leff, la commune se devait de renforcer l'efficacité du traitement de ses eaux usées. "Aérer la lagune en système forcé, nous revenait à 4 000 € par an de coût de fonctionnement pour un équivalent de 150 habitants ", relate Jean François Guillou qui trouve la facture trop salée pour une commune aussi petite. L'alternative choisie, d'irriguer les effluents sur des TTCR par un système de micro-irrigation enterrée, "devrait diviser au moins par deux le coût de fonctionnement", avance-t-il. Normal, une fois planté, le saule se récolte tous les 3 ans, et ce sur un cycle d'une durée de 20 ans. Tout dépendra toutefois de la valorisation ultérieure du bois. Depuis, d'autres communes marchent sur les sillons d'Yvias : Plourhan, Glomel ou encore Broons se mettent au saule.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité