Aller au contenu principal

Pour créer 100 000 M3 de retenues
Le schéma d'irrigation signé

Prélever l'eau occasionnellement et raisonnablement pour l'apporter en appoint, c'est tout l'objet du schéma de développement de l'irrigation du légume en Morbihan. En cause, la possibilité de créer 4 à 5 retenues d'eau, par an, pour sécuriser une production de légumes d’industrie dont le Morbihan est le premier producteur français, avec emplois à la clé.

Pour ratifier ce schéma d'irrigation qui prévoit la création 4 à 5 retenues par an, Jean Marc Galland, nouveau secrétaire général, Jean François Savy, préfet, Laurent Kerlir, président d e la Chambre d'agriculture et Serge le Bartz, vice président de l'UOPLI
Pour ratifier ce schéma d'irrigation qui prévoit la création 4 à 5 retenues par an, Jean Marc Galland, nouveau secrétaire général, Jean François Savy, préfet, Laurent Kerlir, président d e la Chambre d'agriculture et Serge le Bartz, vice président de l'UOPLI
© Claire Le Clève

 

"Le haricot pousse durant 70 jours. S'il manque d'eau, il devient impropre à la consommation humaine. Et derrière ce sont des emplois en production et pour nos unités d'appertisation ou de congélation. Le légume, c'est une activité importante pour le département". En jeu, 2 100 ETP et 800 exploitations. Lundi dernier à Vannes, le préfet Savy s'est fait le défenseur du légume d'industrie dont le Morbihan est en tête des départements producteurs français. Là aussi, il se fait tailler des croupières par ses voisins de Picardie ou du Sud Ouest mais aussi Belges, Hollandais ou Espagnols. Pour sécuriser cette production, dont qualité en quantité nécessitent de l'eau, au bon moment, État mais aussi chambre d'agriculture et UOPLI, (Union des Organisateurs de Producteurs de Légumes d'Industrie de Bretagne) ont ratifié le schéma de développement de l'irrigation.

 

4 à 5 retenues soit 100 000 M3 par an

L'objectif ? "Développer la part des surfaces irriguées pour sécuriser les filières tout en préservant l'eau et les milieux aquatiques". Sujet sensible, "il a fallu convaincre", ne cache pas le préfet qui, dès 2011 avait fait de la cause un dossier prioritaire pour lesquels services de l'Etat et chambre d'agriculture ont travaillé de concert. En jeu, c'est la possibilité de créer 4 à 5 retenues en zone humide non fonctionnelle d'une capacité totale de 100 000 m3/an pour sécuriser une production qui nécessite "beaucoup de technicité,. On ne met en culture que ce qui est vendu", rappelle Serge Le Bartz, vice président de l'UOPLI. Ces 100 000 m3, alimentés par pompage hivernal ou forage, seraient une goutte d'eau, affirme le schéma. De celles qui font les grandes rivières : "C'est essentiel" renchérit Laurent Kerlir, le président de la Chambre d'agriculture, qui craint une céréalisation rampante des terres morbihannaises.

 

Claire le Clève

 

 

 

 

En Morbihan

Le légumes d'industrie intéresse 800 exploitations pour 14 000 ha cultivés, soit 50 % de la production bretonne en haricot, épinard, flageolet ou petit pois, irriguée à 50 % avec 7 millions de M3 soit 0,1 à 0,2 % de la lame d'eau hivernale. C'est elle qui serait concernée pour le remplissage de ces retenues afin de ne pas affecter le milieu durant la période d'étiage . La pomme de terre tient une place importante ( en plant ou légume avec Ardo à St Gérand). 5 usines avec 2 100 ETP sont implantées dans le 56 (sur 10 en Bretagne). Si ces productions nécessitent des retenues de 20 000 à 25 000 m3 pour sécuriser la production, le maraîchage que 200 producteurs partagent en Morbihan, a également des besoins, mais moindres (5000 M3/exploitation) pour assurer ses productions.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité