Aller au contenu principal

Le syndicalisme majoritaire n’a pas pris de vacances et poursuit ses actions !

Thierry Coué, président de la FRSEA.
Thierry Coué, président de la FRSEA.
© Terra

Programme d’action nitrates, dégâts de sangliers, glyphosate, exonération de taxes pour l’emploi de saisonniers, prix du porc, du lait…

Nous n’avons pas eu besoin de nous remettre dans le bain, notre réseau et nos actions n'ont pas pris de vacances !

La rentrée est marquée par un sujet essentiel pour les agriculteurs : le grand plan d’investissement (GPI). Depuis le temps que l’on réclamait sa mise en œuvre réelle, nous voulions être rassurés. Comme nous le craignions, ce GPI sera essentiellement du recyclage de fonds. Des leviers de financement (garanties d’emprunt) sont annoncés, avec le concours de la BPI. Mais, nous n’avons pas oublié l’échec du dispositif BPI mis en place en 2015.

Pourtant les EGA nous annonçaient des jours meilleurs. Répondre à la demande des consommateurs devait nous permettre de gagner enfin dignement notre vie. Cela devait passer par un nouveau cadre de relations commerciales et une "montée en gamme" financée par le GPI. Pourtant, aujourd’hui, rien n’est encore fait. La loi et les ordonnances permettant le retour de valeur aux agriculteurs ne sont toujours pas adoptées. Les parlementaires et le Gouvernement semblent en effet plus occupés avec les questions sociétales et budgétaires qu’avec le revenu des agriculteurs. De nouvelles contraintes, réglementations et charges apparaissent, mais les prix, eux, ne sont pas là !

Le pacte des EGA n’est pas respecté. Les prix manquent, et les contraintes augmentent !

Nous profiterons du Space pour redire la nécessité de ne pas décevoir les attentes justifiées des agriculteurs et l’urgence de solutions d’avenir pour notre agriculture. Cela passe par un arrêt de l’augmentation des contraintes qui ne peuvent plus être supportées par les agriculteurs, une simplification de la réglementation, une diminution des charges et un GPI doté d’argent frais et de leviers vraiment accessibles aux exploitants. L’avenir se dessinera en effet grâce à la restauration de la compétitivité de notre agriculture, les distorsions de concurrence qu’elle subit ne lui permettant pas de concurrencer les produits étrangers.

Concernant les prix, les autres maillons de la filière ont, bien entendu, un rôle essentiel à jouer. Nous attendons des réponses des industriels privés et coopératives des filières lait et porc. Nous irons les chercher à l’occasion du Space. Pour autant, les pouvoirs publics ne peuvent pas se défiler sur cette question des prix. On ne peut pas promettre une révolution dans les relations commerciales, pour ensuite renvoyer la balle entièrement vers les filières. Le rôle de l’État est bien de garantir le cadre nécessaire à cette évolution. La loi et les ordonnances doivent être prêtes pour les prochaines négociations commerciales.

Nous attendons le ministre de l’agriculture de pied ferme sur toutes ces questions. La mauvaise évaluation de cette rentrée exige des progrès rapides !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité