Aller au contenu principal

Pour gérer crise et sortie de crise
Le système bancaire français, un atout

Après avoir évoqué avec la presse l'affaire Cheuvreux, René Carron, président de Crédit agricole SA, a tenu à rappeler les spécificités du système bancaire français, "un atout pour notre pays".

De gauche à droite : Jack Bouin, directeur général de la caisse de Crédit agricole du Finistère, René Carron, président de Crédit agricole SA, et Jean Le Vourch, président de la caisse de Crédit agricole du Finistère.
De gauche à droite : Jack Bouin, directeur général de la caisse de Crédit agricole du Finistère, René Carron, président de Crédit agricole SA, et Jean Le Vourch, président de la caisse de Crédit agricole du Finistère.
© Terra

"Le Crédit agricole est parmi les 3 banques les mieux capitalisées d'Europe, les 6 premières mondiales", rappelle René Carron. En cela, le système bancaire français est très différent de ce qui se pratique aux Etats-Unis. "Avec 1 $ de fonds propres, ils ont 30 à 40 $ sous gestion alors que, chez nous, le ratio est de 1 à 10. Ce qui explique que, chez eux, quand tout va bien, c'est la manne ! Et quand ça va mal, ce sont les autres qui paient. Alors qu'ici, on résiste".

Fixer des règles et les respecter

Le président de Crédit agricole SA plaide donc pour que s'engage rapidement une réflexion sur une certaine régulation des marchés financiers au niveau mondial. "La globalisation de l'économie ne peut pas exister sans règles et sans que la première puissance économique mondiale ne respecte ces règles. Il est temps de se préoccuper de ce qu'on fera demain. Si on recommence comme avant, dans 5 ans, ce sera le cataclysme".

A quand la sortie de crise ?

"La France est l'un des pays les moins touchés par la crise", rappelle René Carron. Et elle dispose d'atouts pour reconstruire : un système social amortisseur de crise, des grandes entreprises parmi les meilleures du monde, une agriculture et une industrie agro-alimentaire qui résistent bien, un système bancaire le plus solide du monde et celui qui a coûté le moins cher à l'Etat... ".
Même si "on en a pour tout 2009, il ne faut pas se raconter d'histoires", le président de Crédit agricole SA se veut "plus optimiste que les autres" sur la vitesse à laquelle l'économie repartira "dès que la chute boursière sera stabilisée". Son analyse ? "La crise est aussi due à des aspects psychologiques, entretenus par les médias. Et, pour la première fois dans notre histoire, toutes les fortunes du monde ont été amputées : elles sont, en grande partie, placées en Bourse et toutes les Bourses ont chuté. Elles vont tout faire pour que l'économie reparte".
Pour la première fois aussi, l'Asie peut compter sur deux moteurs de croissance, l'export et l'interne. "Ils ont les moyens budgétaires pour stimuler leur économie. Et, quand 2 milliards d'habitants repartiront en croissance, cela va entraîner les autres !".
Reste à savoir quand l'économie repartira. "Il est encore trop tôt pour le prédire mais, aux Etats-Unis comme ici, on sent de légers frémissements du côté de l'immobilier".

Une banque de proximité

"Chez nous, toutes les décisions se prennent à Quimper, rappelle Jean Le Vourch, président de la caisse de Crédit agricole du Finistère. Nous sommes mieux à même de comprendre les problèmes des entreprises et des particuliers du département. Et, dans les temps actuels, ces banques de proximité sont une chance inouïe pour notre économie".
Le Crédit agricole est déjà en ordre de marche pour la sortie de crise. "Au niveau national, nous représentons 38% des parts de marché des PME, petites et moyennes entreprises, 45% des TPE, très petites entreprises. Et nous faisons tout ce qui est possible pour aider ces entreprises à être encore présentes demain, quand la croissance repartira", indique René Carron. Mais pas question d'en faire trop ! "Ne demandez pas aux banques de faire ce que les américains ont fait avec les subprimes ! Il est de notre responsabilité de ne pas engager des fonds dans des entreprises qui n'ont pas d'avenir".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Une nouvelle croissance est possible

Septembre 2021 aura permis de renouer avec le Space, salon des productions animales, carrefour européen. Un carrefour de…

Christiane Lambert
"Les citoyens passent des commandes et les consommateurs ne sont pas au rendez-vous"
La présidente de la FNSEA était la semaine passée au Space. Alors que cette semaine du 21 au 23 septembre avait lieu à Niort dans…
Publicité