Aller au contenu principal

CONGRÈS DES FEMMES À VANNES (56)
Le temps d'un état des lieux

Prendre le temps de décrypter la situation des femmes en agriculture est une nécessité que les groupes féminins de l'UDGVA du Morbihan s'autorisent tous les 10 ans. Un temps fort construit autour de résultats d'enquêtes, de témoignages, de propositions d'actions et suivi, mardi dernier à Vannes, par plus de 600 congressistes.

Pour animer la scène, une troupe d'acteurs amateurs, agriculteurs et agricultrices salués par Nicole Le Peih, présidente de l'UDGVA.
Pour animer la scène, une troupe d'acteurs amateurs, agriculteurs et agricultrices salués par Nicole Le Peih, présidente de l'UDGVA.
© Terra

"Allez y, osez vos projets, osez les porter, osez être vous !". L'encouragement lancé par la consultante Reine Michaud n'a pas laissé indifférent le public réuni mardi dernier, à Vannes, par l'Union des GVA du Morbihan à l'occasion du  quatrième congrès des femmes en agriculture.
1977-2007 : trente années d'évolution pour des femmes qui représentent le tiers d'une population active agricole en perpétuelle mutation comme son environnement économique. Pour exister, elles ont, au fil des ans, revendiqué formation, statut et place. Et les évolutions se mesurent à l'aune du chemin parcouru avec en 1977, la mise en place du premier brevet professionnel. Marie Rose Busson et Monique Danion sont les premières à l'avoir obtenu. Elles sont venues témoigner de cet apport irremplaçable dans leur vie, tant professionnelle que personnelle. "Cette école des GVA est pour beaucoup dans mon mandat de conseillère régionale", a insisté Monique Danion, la maire de la Vraie Croix, en présence des cinq jeunes femmes qui ont reçu leur diplôme à cette occasion, mardi. Un brevet professionnel à temps partagé acquis par 265 élèves dont 70 % sont devenues chef d'exploitation.

"Les compétences n'ont pas de sexe"
La conquête d'une formation, puis d'un statut et d'une place "que nous avons besoin aujourd'hui de conforter en prenant pleinement part aux décisions stratégiques et en faisant prendre consciences de nos apports sur le territoire tout en partageant nos valeurs",  souligne Nicole Le Peih, présidente de l'Union des GVA. Et le truchement du théâtre a été d'un précieux recours pour signifier à la salle toute acquise, le poids des mentalités, le machisme ambiant ou encore la difficile prise de responsabilité et les propres freins que s'imposent les femmes pour ne pas prendre une place qui leur revient. "Les responsabilités sont le prolongement naturel de l'exploitation", a répété Nicole Josse, remaniant la maxime de Simone de Beauvoir dans le "Deuxième sexe" par, "on ne naît pas responsable, on le devient". Et ce, notamment grâce aux formations que les GVA ont su mettre en place "à la demande des agriculteurs et des agricultrices", souligne Nicole Le Peih. Alors oui, le statut des femmes a progressé. Oui, elles ont conquis des places auparavant dévolues aux hommes souvent en s'imposant. "Là où j'ai le plus à prouver mes capacités, c'est encore en cultures", indique à la salle Liliane Lasquellec, une des "8 filles salariées du Sérémor sur 110 employés". Mais il reste encore beaucoup à faire, à en juger par la très faible représentativité des femmes, notamment dans les OPA. A en juger également par le témoignage de cette jeune fille du lycée La Touche, désormais "seule fille de ma classe". Elles ont été deux dans cette filière très masculine, deux à avoir été victimes de remarques des plus désobligeantes de la part des autres élèves. L'autre jeune fille a arrêté. "On n'a pas le soutien des femmes", regrette l'élève au micro. Là réside un frein majeur pour relever le défi de l'attractivité des métiers qui passe par le travail des femmes en agriculture.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité