Aller au contenu principal

Génétique et génomique
"Le Ticket gagnant"

Elles seraient gagnantes ces innovations de la génomique qui n'en finissent pas de révolutionner la génétique qui, depuis 20 ans a fait progresser les performances des troupeaux.

: les demandes de génotypages explosent. "Elles sont passées de 2000 en 2011, à 25 000 en 2012 à 22 000 pour les 6 premiers mois de 2013", note Delphine Pinard de l'Institut de l'Elevage.
: les demandes de génotypages explosent. "Elles sont passées de 2000 en 2011, à 25 000 en 2012 à 22 000 pour les 6 premiers mois de 2013", note Delphine Pinard de l'Institut de l'Elevage.
© claire le clève

 

 

Plus 50 à 100 kg de lait par lactation. Plus 1°/00 de TP en 20 ans, plus de confort, plus de longévité, plus de fertilité sur les primipares en 5 ans, et 11 % de cellules en moins... Et, pour un troupeau de 60 vaches, le programme de recherche Osiris a même calculé des gains de près de 1000 euros de bénéfice sur chacun de ces progrès. L’institut de l'élevage et France génétique élevage en ont fait la démonstration à Rennes lors d'une de leurs conférences au Space. "5 euros par point d'ISU et un progrès génétique annuel de 8 points ça fait 40 euros en + par femelles", calcule Jean Pierre Mourocq, éleveur et président de la commission Filière Bovin lait de France, génétique elevage.

 

Des outils à utiliser

Ce n'est donc pas par hasard si les demandes de génotypages explosent. "Elles sont passées de 2000 en 2011, à 25 000 en 2012 à 22 000 pour les 6 premiers mois de 2013", note Delphine Pinard de l'Institut de l'Elevage. En les combinant à l'utilisation de semence sexée, les éleveurs voient l'opportunité d'améliorer leur troupeau et leurs revenus. En effet, les index génomiques femelles annoncent les performances et permettent d'adapter le troupeau au objectifs de l'éleveur. Utiliser de la semences sexée, permet de cibler avec efficacité les femelles dont on veut obtenir des génisses."C'est un renouvellement choisi, des possibilités de sélection dans le troupeau, une voie pour valoriser les femelles les plus intéressantes", estiment les intervenants pour qui, allier génotypage et sexage et croisement viande, "c'est le ticket gagnant".


Claire le Clève

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité