Aller au contenu principal

Génétique et génomique
"Le Ticket gagnant"

Elles seraient gagnantes ces innovations de la génomique qui n'en finissent pas de révolutionner la génétique qui, depuis 20 ans a fait progresser les performances des troupeaux.

: les demandes de génotypages explosent. "Elles sont passées de 2000 en 2011, à 25 000 en 2012 à 22 000 pour les 6 premiers mois de 2013", note Delphine Pinard de l'Institut de l'Elevage.
: les demandes de génotypages explosent. "Elles sont passées de 2000 en 2011, à 25 000 en 2012 à 22 000 pour les 6 premiers mois de 2013", note Delphine Pinard de l'Institut de l'Elevage.
© claire le clève

 

 

Plus 50 à 100 kg de lait par lactation. Plus 1°/00 de TP en 20 ans, plus de confort, plus de longévité, plus de fertilité sur les primipares en 5 ans, et 11 % de cellules en moins... Et, pour un troupeau de 60 vaches, le programme de recherche Osiris a même calculé des gains de près de 1000 euros de bénéfice sur chacun de ces progrès. L’institut de l'élevage et France génétique élevage en ont fait la démonstration à Rennes lors d'une de leurs conférences au Space. "5 euros par point d'ISU et un progrès génétique annuel de 8 points ça fait 40 euros en + par femelles", calcule Jean Pierre Mourocq, éleveur et président de la commission Filière Bovin lait de France, génétique elevage.

 

Des outils à utiliser

Ce n'est donc pas par hasard si les demandes de génotypages explosent. "Elles sont passées de 2000 en 2011, à 25 000 en 2012 à 22 000 pour les 6 premiers mois de 2013", note Delphine Pinard de l'Institut de l'Elevage. En les combinant à l'utilisation de semence sexée, les éleveurs voient l'opportunité d'améliorer leur troupeau et leurs revenus. En effet, les index génomiques femelles annoncent les performances et permettent d'adapter le troupeau au objectifs de l'éleveur. Utiliser de la semences sexée, permet de cibler avec efficacité les femelles dont on veut obtenir des génisses."C'est un renouvellement choisi, des possibilités de sélection dans le troupeau, une voie pour valoriser les femelles les plus intéressantes", estiment les intervenants pour qui, allier génotypage et sexage et croisement viande, "c'est le ticket gagnant".


Claire le Clève

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
Carbocage ou combien de carbone stocké dans vos haies ?
La haie bocagère recèle de richesses, y compris fourragères. Elle contribue aussi au piégeage du carbone. Mais de combien ?…
Publicité