Aller au contenu principal

Leclerc accepte une rencontre avec les abatteurs

La Fédération nationale bovine (FNB) a obtenu du groupe Leclerc qu’il participe à une réunion interprofessionnelle. Les éleveurs ont manifesté, le 26 août en Île de France, dans l’un des magasins de l’enseigne, «symbole de la guerre des prix» selon eux, puis devant le siège social de l’entreprise situé à Ivry-sur-Seine près de Paris.

Les éleveurs devant l'hypermarché Leclerc d'Ivry sur Seine.
Les éleveurs devant l'hypermarché Leclerc d'Ivry sur Seine.
© Terra

"Le groupe Leclerc a accepté de participer à une réunion dans 10-15 jours entre les abatteurs, la FCD (fédération des entreprises du commerce et de la distribution) et les distributeurs indépendants", a annoncé Jean-Pierre Fleury, président de la FNB (Fédération nationale bovine) à la sortie d'une réunion entre éleveurs et membres du groupe de distribution, le 26 août. Durant cette réunion demandée par la FNB, le syndicat espère pouvoir traiter "les sujets de fonds de la filière viande bovine", à savoir l’application du label Viande de France, les négociations commerciales, la segmentation des viandes et le manque de professionnalisme en magasin.

Une centaine d'éleveurs de la FNB ont manifesté à Ivry-sur-Seine devant le siège social du distributeur qu'ils considèrent comme le symbole de la "guerre des prix". "Leclerc m'a tuer", "Voleur" ont écrit les agriculteurs sur la chaussée avant qu’une délégation soit reçue par le secrétaire général de l’ACDLec (Association des centres distributeurs Leclerc), Stéphane de Prunelé. "Nous sommes venus demander des explications", a lancé Pierre Vaugarny, secrétaire général de la FNB devant les CRS qui gardaient l’entrée de l’établissement. "Nos animaux ont perdu 300 euros depuis le début de l’année alors que les prix à la consommation continuent d’augmenter". "Nous sommes dans une période extrêmement dangereuse. Nous n'avons plus de trésorerie pour payer nos fournisseurs. Il y a un effondrement des investissements, la machine est en train de se gripper, alerte Jean-Pierre Fleury qui insiste : Michel Édouard Leclerc ne fait pas la guerre des prix au profit des consommateurs mais des actionnaires qui font partie des plus grandes fortunes de France. C’est le champion de la déflation, de la destruction des PME. La face cachée de Michel-Edouard Leclerc, ce sont toutes ces petites entreprises qui passent chaque semaine à la trique. S’ils n’acceptent pas la baisse, c’est dehors ! La guerre des prix tue l’économie de ce pays". Plus tôt dans la journée, les éleveurs, munis de casquettes "Police des viandes", ont pénétré dans un magasin Leclerc, à Vitry-sur-Seine, où les attendait le responsable du magasin et un cordon de CRS qui bloquait l'entrée des salles frigorifiques. Ils ont trouvé des produits étiquetés "Union européenne", assure Jean-Pierre Fleury.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité