Aller au contenu principal

L'écotaxe transport suspendue "sine die"

L'écotaxe transport n'est plus. Vendredi dernier, la ministre de l'écologie Ségolène Royal en a suspendu l'application "sine die". En Bretagne, le monde économique se satisfait de cette décision du gouvernement. Même chez les "bonnets rouges", on salue le retrait du péage de transit poids lourds, version allégée de l'écotaxe poids lourds abandonnée par Jean-Marc Ayrault il y a un an à peine, sous la pression bretonne.

A quelques mètres du portique de Pont de Buis, dans le Finistère, les affrontements violents du samedi 25 octobre 2013 entre manifestants "bonnets rouges" et forces de l'ordre ont amplifié et fédéré la fronde anti écotaxe transport en Bretagne et donné une dimension médiatique nationale au mouvement.
A quelques mètres du portique de Pont de Buis, dans le Finistère, les affrontements violents du samedi 25 octobre 2013 entre manifestants "bonnets rouges" et forces de l'ordre ont amplifié et fédéré la fronde anti écotaxe transport en Bretagne et donné une dimension médiatique nationale au mouvement.
© Terra

Même dans sa dernière version "péage de transit poids lourds" applicable dès janvier prochain, puis reportée au printemps, l'écotaxe transport ne passait pas. Le 30 septembre dernier, à Rennes devant les grilles de la préfecture de région, un rassemblement du collectif des acteurs économiques bretons, opposés à cette taxe, avait encore rappelé au gouvernement que le sujet restait encore brûlant à l'Ouest. Une centaine de personnes dont beaucoup de représentants d'entreprises et d'organisations professionnelles s'était réuni pour demander le report définitif du dispositif. Sans doute pas de quoi effrayer les pouvoirs publics mais suffisant pour imaginer que la suite pourrait prendre une dimension au moins aussi importante que ne l'avait été le mouvement anti-écotaxe porté par les bonnets rouges un an plus tôt. L'appel des entreprises de transport routier au blocage des routes de France le 15 octobre a très certainement achevé de convaincre le gouvernement qu'il était plus que temps d'en finir avec ce dossier empoisonné, catalyseur d'une fronde anti-taxe généralisée.


Difficultés de mise en oeuvre

Restait au gouvernement à mettre un terme à l'affaire sans se déjuger, mission confiée donc à la ministre de l'écologie qui en d'autres temps avait affirmé son refus d'une écologie punitive. C'est donc à la suite d'une rencontre avec les représentants des fédérations de transporteurs que la déclaration officielle est tombée par laquelle elle "prenait acte des difficultés de mise en œuvre de l'écotaxe" en même temps qu'elle évoquait "la nécessité de clarifier les sources de financement de l'usage des infrastructures pour aboutir à un système claire et juste", autant que "la volonté des professionnels du transport de participer à des solutions de financement équitables et pérennes". Les mots ont été choisis pour une sortie honorable.

Kenavo l'écotaxe

"Kénavo l'écotaxe" signent les bonnets rouges, dans un communiqué diffusé le 10 octobre. Le collectif "vivre décider et travailler en Bretagne" y "salue la suspension sine die du dispositif " mais annonce aussi qu'il veillera "au maintien de la gratuité des routes en Bretagne". Les bonnets rouges y expriment aussi le "temps perdu et l'énergie gaspillée sans parler de toutes celles et ceux que la justice poursuit alors que leur seul tort est d'avoir eu raison trop tôt". Enfin, le communiqué liste les dossiers toujours en cours, pour lesquels les réponses son inexistantes. Il y a d'abord celui de l'emploi et des fermetures de sites industriels, puis plus largement la question du dumping social ou de l'allègement des contraintes administratives et fiscales ou encore de la relocalisation des décisions en Bretagne et... la réunification de la Bretagne".

En Bretagne toujours, l'UGPVB (union des groupement de producteurs de viande en Bretagne) salue la décision du gouvernement et rappelle qu'il s'opposait à ce dispositif depuis 2008, considérant qu'il s'agissait là d' "un nouvel impôt sur le travail et non d'une taxe vertueuse à des fins écologiques". Dans son communiqué, l'UGPVB pointe aussi "les freins concernant le développement alternatif" qui selon l'organisation sont liés "au manque de compétitivité et de performance de la SNCF notamment"

Les fabricants bretons d'aliment du bétail, fédérés dans Nutrinoé, voient quant à eux dans la suspension "sine die" de l'écotaxe "un premier pas vers une relance de la compétitivité de l'élevage en Bretagne" et se satisfont que le gouvernement ait "pris conscience des conséquence économiques dramatiques qu'aurait eu l'écotaxe sur l'emploi, le tissu agricole régional et la compétitivité des productions animales en Bretagne".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité