Aller au contenu principal

L’écotaxe : un impôt insupportable pour l’ensemble des Bretons

Dans un contexte plus que tendu qui entraîne déjà en Bretagne des crises ou faillites économiques plurielles, l’écotaxe est en Bretagne l’impôt de trop.  En effet, dans le dispositif actuel, les entreprises bretonnes devraient payer par an au moins 40 millions d’impôts supplémentaires à l’Etat.  Ce chiffre laisse parfois froid des populations pensant que les "patrons" ou les entreprises peuvent payer des impôts supplémentaires. C’est oublier que nombre se sociétés bretonnes (producteurs, transporteurs…) ont actuellement le couteau sous la gorge et ne peuvent plus souscrire à des charges supplémentaires. Cette taxe ne pourra donc être que répercutée sur le consommateur breton avec une hausse des prix que l’on peut estimer entre 3 et 5 %. L’écotaxe n’est pas un sujet concernant les chefs d’entreprises mais une pénalité de plus qui va réduire le train de vie des Bretons. De même, cette taxe s’oppose au principe sempiternel de la gratuité des routes en Bretagne et, si elle est appliquée, aura des effets désastreux sur la compétitivité bretonne. Imaginons qu’un navire de poulet brésilien débarque à Brest et affrète un camion pour livrer sa cargaison à Rungis, il paiera une fois l’écotaxe. A l’inverse, les Bretons paieront trois ou quatre fois cette taxe puisqu’il faut souvent alimenter par camion en céréales les élevages avicoles, récupérer régulièrement la marchandise, transporter les volailles vers les industries de transformation agroalimentaires, exporter. En raison des surcoûts, cette inégalité de traitement serait fatidique pour nombre d’activités agroalimentaires (le porc, l’élevage bovin, le poulet…) dont on connaît pourtant la fragilité.

D’autre part, cette taxe éventuelle impose toute une série d’équipement coûteux évidemment à la charge des entreprises (installation obligatoire de boîtiers dans les camions, immobilisation du camion en cas de dysfonctionnement …). Elle va directement pénaliser la Bretagne et surtout la Basse Bretagne victime de son éloignement relatif. Si je dois encore payer pour aller vers Rennes, pourquoi ne pas m’y installer ? Le processus risque donc de pénaliser considérablement les départements plus excentrés du Morbihan, des Côtes d’Armor et surtout du Finistère.  Enfin, il paraît évident que ces portiques sont pour lors destinés aux poids lourds mais ne manqueront pas d’ici quelque temps d’être étendus aux véhicules légers. Si rien n’est fait, le repérage des plaques de poids lourds va bien sûr s’étendre à tous et il pourra pour chacun en coûter de 14 à 19 euros pour faire un Rennes-Brest. Rappelez-vous. En 2008, le P.D.G de Cofiroute souhaitait imposer des péages en Bretagne. Grâce aux actions des bretons, il a bénéficié d’une "promotion" … et l’on n’a plus jamais entendu parler de  ce sujet en Bretagne. Sauf que la pieuvre ressurgit et que l’on cherche à nous imposer actuellement des mesures encore plus lourdes. Les bretons vont-ils rester insensibles à cette taxe qui détruit nos voies accessibles et gratuites, ruine nos entreprises et nos emplois, pénalise notre compétitivité et lamine le pouvoir d’achat ?

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité