Aller au contenu principal

UNIPORC OUEST
Légère baisse des contrôles en 2011

Plus de 20 millions de porcs ont été contrôlés par la structure Uniporc Ouest en 2010. Si le nombre de porcs abattus s'est maintenu par rapport à 2009, les responsables s'inquiètent de la baisse des contrôles en 2011.

Paul Auffray, président d'Uniporc Ouest et Paul Pommeret, directeur.
Paul Auffray, président d'Uniporc Ouest et Paul Pommeret, directeur.
© terra

Contrôles en baisse. "Avec une journée de plus par rapport à l'année dernière, nous avons contrôlé 0,43% de porcs en moins. Avec un mois de mars en baisse de 2,23% et un mois d'avril qui en prend le chemin, est-ce l'amorce d'une baisse de l'offre significative ?", questionne Paul Auffray, président d'Uniporc Ouest lors de l'assemblée générale le 20 avril dernier à Ploufragan. Trois années  de crise, un aliment en augmentation de plus de 100 ? la tonne sur 6 mois, 10% des éleveurs en situation très précaire en Côtes d'Armor…  Le président d'Uniporc s'inquiète des conséquences de cette crise et de la décapitalisation du cheptel, "faite de façon plus ou moins insidieuse depuis un an et plus". Selon les statistiques de France Agrimer, le cheptel reproducteur accuse une baisse de 7,5%, soit 1,80 millions charcutiers en moins sur l'année dans l'hexagone. Sans le relèvement du prix par les acteurs de l'aval, la grande distribution en ligne de mire, Paul Auffray n'écarte pas l'hypothèse d'une réduction de 2 millions de porcs lors de la prochaine campagne.  

Retard dans le programme. Depuis 2 ans, Uniporc Ouest a entamé un programme de refondation de son système de pesée, classement, marquage et traçabilité. 9 abattoirs sont équipés d'un nouveau système de pilotage de ligne, qui enregistre les abattages et gère la chaîne. 5 autres seraient équipés à fin juin. A cette date, seule la moitié des abattoirs de la zone Uniporc Ouest aurait basculé sur le nouveau système. Un retard qui devrait être compensé par l'installation de l'appareil automatique de classement "Image Meater", la seconde phase du programme. Trois abattoirs en seraient équipés d'ici la fin de l'année.

Castration des porcs. La question divise les professionnels. En 2018, il est prévu l'arrêt de la castration physique des porcelets. Aucune technique n'est satisfaisante à l'heure actuelle. La méthode fiable, peu coûteuse et rapide qui détecterait sur la chaîne d'abattage les porcs porteurs du défaut d'odeur sexuelle(1), à une cadence de 600 à 850 porcs à l'heure, n'existe pas à l'heure actuelle. "Pas avant dix ans", annoncent certains. Pour les uns, il faut laisser le temps à la recherche, pour les autres, il faut que la profession se positionne rapidement au regard des techniques utilisées (ex, vaccination au Brésil, abattage de porc entier léger dans certains pays).  Au risque de voir "la réglementation décider à notre place", remarque Jean-Jacques Riou, président du MPB.


Emmanuelle Le Corre

(1) 20% des porcs mâles entiers.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Publicité