Aller au contenu principal

Emploi
Légume de plein champ recherche salarié qualifié

Pour la 4ième année consécutive, l'Ireo de Lesneven s'apprête à former des salariés qualifiés en légume de plein champ. Car, contrairement à ce que l'on pense trop souvent, le légume de plein cham, ce ne sont pas que des emplois saisonniers !

De gauche à droite : André Péran, qui s'apprête à former un stagiaire, Jean-Paul Jacq et son salarié, Denis.
De gauche à droite : André Péran, qui s'apprête à former un stagiaire, Jean-Paul Jacq et son salarié, Denis.
© Chantal Pape

"Dès 2006, nous savions que nous allions manquer de main d'oeuvre, se souvient Jean-Paul Jacq, producteur de légumes à Cléder et président du GDA. Il y a beaucoup de départs en retraite, peu d'installations et les exploitation s'agrandissent". Les producteurs sont donc à la recherche de salariés capables de les seconder, de prendre la tête d'une équipe de saisonniers...

Une fois le constat fait, tous les partenaires se mettent autour de la table. Et une formation qualifiante est mise sur pied : à la Sica et à la chambre d'agriculture de trouver des agriculteurs prêts à former des stagiaires, à Pôle emploi et à l'AEF de recruter des demandeurs d'emploi, à l'Ireo de les former en 6 mois, en alternant théorie en salle et pratique en exploitation.

Mais trouver des candidats n'est pas si simple ! "Le maraîchage souffre d'une mauvaise image, analyse Gilles Burel, animateur de l'AEF, l'association emploi formation. Certes, 80% des contrats sont en CDD. On n'y peut pas grand-chose : il faudra toujours tenir compte des saisons. Mais ce sont aussi 20% de contrats en CDI".

 

Des emplois de proximité

 

Des contrats qualifiés et des emplois de proximité dans lesquels il est possible de s'épanouir. A l'image de Valérie qui, dans un premier temps, part en fac d'anglais, est prof en région parisienne pendant 8 ans, avant de se rendre à l'évidence : ce qui lui plaît vraiment, c'est le légume de plein champ. "Je suis fille d'agriculteurs, j'ai toujours travaillé sur la ferme familiale. Mais il a fallu que je parte pour m'en rendre compte". Son BTS Acse en poche, elle s'apprête à reprendre une ferme avec sa sœur. Et, en attendant, est salariée en exploitation légumière. "Ce qui me plaît ? Travailler en plein air, voir pousser les légumes. Mais aussi le goût du travail bien fait. Et l'effort physique".

Denis, lui, a suivi la formation "ouvrier qualifié en légume de plein champ", dispensée par l'Ireo. "J'étais monteur en charpentes métalliques. J'avais besoin de changer. J'ai trouvé un travail varié, plaisant". "Je l'ai formé pendant 6 mois, détaille Jean-Paul Jacq. Puis je lui ai proposé un CDD. Aujourd'hui, il est autonome. Et a des compétences que je n'ai pas, pour la soudure, par exemple".

 

 

 

La formation vous tente ? Rendez-vous le lundi 17 octobre, de 14h à 16h, à la CCBK, zone de Kerhall, à Cléder, pour une information collective. Ou appelez l'Ireo, au 02 98 83 79 02.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité