Aller au contenu principal

Légumes de conserve, la crainte d’un manque d’eau

Malgré la pluie, ils sont encore inquiets, les producteurs de légumes à destination industrielle. Car de la disponibilité en eau, dépend la qualité de leur production. Alors le 15 janvier dernier, à l’initiative de l’union des organisations de producteurs de légumes industrie (Uopli*), un premier point sur le niveau de remplissage des retenues d’irrigation a été fait.

Des demandes de dérogations pour un remplissage complémentaire des retenues collinaires par pompage ont été obtenues en 2006, 2012, 2017. Pour 2018, l’état de remplissage est sous surveillance.
Des demandes de dérogations pour un remplissage complémentaire des retenues collinaires par pompage ont été obtenues en 2006, 2012, 2017. Pour 2018, l’état de remplissage est sous surveillance.
© Terra

Certes la pluviométrie récente rassure, mais elle n’assurera pas encore un stock d’eau satisfaisant pour la campagne à venir. Ils ont déjà eu chaud l’an passé. "Le remplissage des retenues était problématique en début de campagne 2017", se rappellent les producteurs réunis sur l’exploitation de Paul Chantrel à Taupont (56). À ses côtés, Thierry Courtois, trésorier de l’ASL56, association des irrigants, Jean-Claude Orhan, président de l’Uopli, Bruno Jehanno, producteur de légumes à destination industrielle bio, en plein développement, ont fait le point.

Irriguer, l'assurance récolte en légumes

Car pour le président de l’Uopli, il n’y a pas l’ombre d’un doute, "l’irrigation, même en Bretagne, est nécessaire pour assurer les quantités et qualités demandées par les industriels pour satisfaire le consommateur. C’est une réelle assurance-récolte pour le producteur et la filière", insiste-t-il. Et le producteur de rappeler la situation bretonne où seules 40 % des surfaces disposent de réserves permettant l’irrigation contre des capacités qui s’élèvent à 100 % pour la région Sud-Ouest ou 95 % pour le Nord. "Nous sommes fragilisés face aux aléas climatiques qui se répètent" . Et de pointer 2017, une année tendue, "notamment au moment des récoltes de pois, on a vécu des coups de chaud". 13 producteurs avaient ainsi pu bénéficier de dérogation de pompage en rivière, malgré la sécheresse, pour compléter le remplissage de leurs retenues. Soient 120 000 m3 sur la période critique allant de mars à avril. D’autres ont adapté la surface en légumes aux volumes d’eau disponibles. Mais au final, "ce fut une campagne correcte grâce au retour de la pluie à partir du 15 juillet". Ainsi 95 % du programme en pois a pu être réalisé ; au-delà en haricots, qui ont donné toute satisfaction, et une belle année en choux-fleurs et légumes racines.

Réserves sous surveillance

2018 s’annonce compliquée pour les exploitants dont les réserves d’eau ne sont pas encore pleines. C’est le cas de Paul Chantrel, en pleine réflexion sur la transmission de son exploitation. "Ma réserve de 30 000 m3 est au deux tiers vide", s’inquiète-t-il, redoutant de devoir réitérer sa demande pour cultiver des légumes en 2018. En effet, l’an passé, il avait déjà demandé une dérogation pour pomper en rivière les volumes manquants. Son inquiétude resurgit alors que le projet de reprise de son exploitation s’affirme, se doublant d’une réflexion du jeune repreneur pour convertir la ferme (lait et cultures) à l’agrobiologie. Et Bruno Jehanno de rappeler la forte demande des consommateurs en légumes bio et les opportunités à saisir pour les exploitants, "l’irrigation est aussi indispensable pour conduire ces légumes à haute technicité".

Si la visite de la retenue a mis en évidence l’insuffisance de remplissage, tous ont validé la nécessité de recenser les retenues non-remplies, dans les plus brefs délais, afin d’envisager une éventuelle demande de dérogation.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité