Aller au contenu principal

L'embellie de la production laitière : éphémère, cyclique ou durable ?

C'est autour de cette question et de l'évolution de la conjoncture que le Contrôle laitier a axé ses 6 réunions de PRN. Jeudi 7 février, c'est Pierre Demerlé, de Terrena, qui a répondu aux questions des producteurs de la région de Redon.

Pierre Demerlé, responsable du service production laitière à la coopérative Val d’Ancenis -Terrena.
Pierre Demerlé, responsable du service production laitière à la coopérative Val d’Ancenis -Terrena.
© Terra
Lors des 6 assemblées de Petites régions naturelles, du 29 janvier au 8 février, le Contrôle laitier a invité ses adhérents à se pencher sur la conjoncture laitière. La campagne 2007 restera marquée par la conjonction d'une demande croissante et d'une production mondiale bloquée (sécheresse dans certains pays, blocage des exportations ailleurs). En France, les producteurs ont bénéficié de prêts de quotas exceptionnels. Les éleveurs bretons ont répondu présents : la collecte a augmenté de 10% entre décembre 2006 et le même mois en 2007.

L'embellie des derniers mois est-elle éphémère, cyclique ou durable ? Différents responsables de laiteries ont livré leurs analyses. Jeudi 7 février à Lohéac, Pierre Demerlé, responsable du service production laitière à Val d'Ancenis-Terrena, a répondu aux questions des producteurs. "La conjoncture laitière, je la vois selon plusieurs échéances. A court terme, tous les transformateurs sont occupés à optimiser la collecte et le fonctionnement des outils de transformation pour valoriser la collecte, explique Pierre Demerlé. Même si dans l'immédiat, c'est parfois tendu, il est important que la France honore son quota pour préserver sa place sur les marchés et son droit à produire". Au-delà de la situation particulière de cette fin de campagne, le transformateur appelle à plus de régularité. "Pour les producteurs comme pour les transformateurs, les pics de production ne sont pas simples à gérer et pas forcément intéressants économiquement", souligne-t-il. Producteurs et transformateurs se retrouvent sur la nécessité que les attributions supplémentaires soient annoncées plus tôt, afin d'éviter de mieux les répartir plutôt que de les cumuler sur les 3 ou 4 derniers mois de la campagne.

Apprendre à travailler avec des cours cycliques

A moyen terme, d'ici 2015, Pierre Demerlé espère, comme les coopératives de l'Ouest, "une mutualisation des sous-réalisations des zones en déprise vers celles qui peuvent produire. Ici, on a bien vu cette année que les producteurs en avaient sous la pédale". Une mutualisation qui permettrait de faire durer l'embellie quelques années. Aux questions des producteurs sur la prochaine campagne, Pierre Demerlé avance que "le prix de 2008 pourrait être supérieur à celui de 2007. Mais notre grille de prix n'est pas assez réactive, avec ses 6 mois de décalage. Il faudrait revoir notre système pour mieux suivre le marché". D'ailleurs, le Cil Ouest veut indexer le paiement des grammes différentiels sur l'évolution du prix pour aller vers un paiement à la matière utile.

Pour "l'après-quotas", Pierre Demerlé craint que la conjoncture soit plus fluctuante. "Avec de moins en moins d'outils de gestion des marchés, les cours seront plus instables, estime-t-il. Il faudra adapter la gestion des exploitations à ces variations".

Si une partie de l'avenir de la production laitière se décide à Bruxelles, c'est aussi du côté de la grande distribution que beaucoup se joue. "En plein débat politique sur le pouvoir d'achat, nous avons du mal à faire passer des hausses de prix pourtant justifiées. Nos entreprises doivent rester solidaires pour y arriver", encourage Pierre Demerlé, qui conclue, "l'Ouest laitier restera un bassin laitier compétitif et incontournable. Même si la conjoncture sera probablement plus cyclique, j'estime que nous avons de belles années laitières devant nous".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Publicité