Aller au contenu principal

L'endive veut séduire de nouveaux consommateurs

En Bretagne, ils ne sont plus que 26 producteurs, dans un rayon de 10 km autour de Kerlouan (29). Voilà que ne les empêche pas de se battre bec et ongles pour défendre l'endive. Et proposer, cette année encore, quelques nouveautés, pour séduire les consommateurs et fidéliser les acheteurs de la grande distribution.

En endives, les crises se succèdent. "Sur les quatre dernières campagnes, trois ont été difficiles", rappelle Anne-Sophie Herry, du Cerafel. Au fil du temps, le nombre de producteurs se réduit comme peau de chagrin. "Quand je me suis installé, en 1986, on était 300, se souvient André Morvan. Aujourd'hui, on n'est plus que 26". Et les tonnages ont suivi le même chemin : si, avec 20 000 t, la Bretagne représentait encore 10% de la production nationale il y a une dizaine d'années, elle oscille aujourd'hui entre 7 000 et 7 500 t.

Un produit de qualité

"La production nationale, aussi, a régressé et se situe désormais aux alentours des 180 000 t", indique Anne-Sophie Herry. La faute à une consommation morose en fruits et légumes, mais aussi à une succession d'hivers doux, qui n'ont pas favorisé les achats de choux, poireaux ou endives..., et à la concurrence de la salade. "Grâce aux importations, elle est désormais présente toute l'année sur les étals. Et la 4e gamme s'est fortement développée", souligne Michel Inisan, le président de la section Endives du Cerafel. Pourtant, l'endive bretonne ne manque pas d'atouts ! "Tous les producteurs sont situés dans un rayon de 10 km autour de Kerlouan, indique Marc-Eric Pavillard, du service marketing Prince de Bretagne. Ils livrent tous dans la même station. Et il y a une grande homogénéité dans l'agréage et la qualité". Contrôlée une première fois à son entrée en station, l'endive est stockée au froid pendant une nuit, avent de subir un second contrôle avant expédition.


Cibler de nouveaux consommateurs

Parce qu'ils croient encore en l'avenir, les producteurs ont voulu réagir. "Le vrac a tendance à diminuer, au profit des UVC, les unités de vente consommateurs", ont-ils constaté. Une tendance qui s'accélère encore avec le développement du Drive, où fruits et légumes sont déjà pré-emballés. Pour voir ce que proposaient leurs concurrents, ils ont organisé deux déplacements dans le Nord de la France, principal bassin de production français d'endives. Puis ils ont à leur tour élargi la gamme, pour cibler de nouveaux consommateurs."Le sachet de 500 g est idéal pour les couples et les célibataires", détaille Michel Inisan. Il devrait aussi rencontrer un certain succès en début et fin de saison, quand les distributeurs hésitent à propo- ser des sachets de un kilo. "Nous proposons aussi des sachets de 4 endives, pour les salades, et de 6 jeunes endives". Récoltées après 14 jours de forçage, contre 21 jours pour l'endive classique, elles sont plus tendres et moins amères. Ces trois nouveautés, qui se déclinent dans des emballages aux couleurs pastel, bleu, rose et jaune, avec idées recette au dos, côtoieront, dès la semaine prochaine, les incontournables de la gamme : la Royale, le "must" Prince de Bretagne, en vrac ou en sachet d'un kilo, l'endive bio, en sachet fraîcheur de 300 g, la Carmine et ses feuilles pourpres ou la mini-endive en barquettes... De quoi satisfaire tous les consommateurs. Et redonner des couleurs à une production bretonne qui n'en finit plus de souffrir de la désorganisation du marché, dans le Nord de la France. "Un jeune vient de s'installer. Un autre devrait le faire d'ici peu. Il faut leur donner des perspectives".


Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité