Aller au contenu principal
Font Size

Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui

Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'impliquer, élus de la chambre d'agriculture et agents se lancent dans une étude prospective sur les évolutions possibles de l'agriculture bretonne et de l'agroalimentaire et leurs impacts climatiques, économiques et sociaux.

Les questions d'équilibres entre les productions animales et végétales seront abordées, notamment sous l'angle de l'utilisation de la surface agricole et de l'alimentation des cheptels.
© Pixabay

Évolution des attentes sociétales, stratégie nationale bas-carbone, réforme de la PAC, Breizh Cop... Les influences externes qui impactent les filières agricoles et agroalimentaires bretonnes sont multiples. Sans compter les évolutions internes aux propres filières, porteuses aussi de nombreuses incertitudes. À commencer par la capacité à attirer de nouveaux actifs pour faire face aux besoins en travail, à adopter les technologies pour repenser les modes de fonctionnement et à faire évoluer ses systèmes de production et de transformation. Se projeter dans un contexte d'influences parfois contradictoires n'est pas aisé. Mais c'est aussi une période où tout est ouvert, et c'est donc l'occasion rêvée d'imaginer les futurs et de ne pas tout subir. Ce qui est sans doute encore plus vrai depuis l'épisode de la pandémie du Covid 19, qui marquera une rupture inédite, et une remise en cause des fondamentaux et des fonctionnements des sociétés.

Il ne faut pas confondre ce que l'on aimerait avec ce qui est probable.

"L'agriculture interroge"

"De plus en plus, l'agriculture interroge et on perçoit bien tous les changements dans nos systèmes de production", souligne Loïc Guines, co-président du comité de pilotage Agricultures bretonnes 2040. "Avec cette étude, l'objectif est de construire une prospective à l'horizon 2040, et nous avons souhaité associer élus et agents de la chambre d'agriculture issus de toutes les filières productions". Ce projet, initié depuis la fin de la mandature précédente, a donc été relancé. "On a commencé par faire un état des lieux des filières à partir de 85 entretiens, ce qui nous a permis de réaliser 14 diagnostics sur les filières agricoles bretonnes", précise Edwige Kerboriou, également co-présidente du comité de pilotage. Et d'ajouter : "Aujourd'hui, il n'y a plus vraiment un modèle agricole unique, c'est la diversité qui prime et l'agriculture est sur un marché mondial, plus impactant qu'avant, avec moins de régulation et plus d'incertitudes".

agricultures bretonnes

Comment mener une prospective ?

Après cette première phase, place désormais à la prospective. "Mais attention, il ne faut pas confondre ce que l'on aimerait avec ce qui est probable", prévient Loïc Guines. D'où un travail de formation démarré fin juin sur comment mener une prospective. "On a commencé à identifier des variables, des tendances, des ruptures possibles, avec l'idée de préciser les facteurs de changement et d'inertie qui pourront impacter l'avenir du secteur". L'objectif étant d'arriver à dégager trois à cinq scénarios contrastés et d'évaluer leurs impacts potentiels sur les volumes de production de l'agriculture bretonne, les entreprises agricoles, le bilan carbone, les impacts économiques et sociaux sur l'agriculture et l'agroalimentaire, ainsi que les incidences sur l'environnement. "On va aussi s'appuyer sur des enquêtes réalisées auprès d'industriels bretons et profiter de regards extérieurs, comme celui des collectivités territoriales, d'économistes....", ajoute Edwige Kerboriou.
Cette étude n'est bien sûr pas sans rappeler celle menée par le conseil régional de Bretagne, mais elle ne s'inscrit pas en confrontation ni en opposition mais plutôt à un autre niveau de lecture et surtout dans l'objectif de s'approprier les enjeux. "C'est important que les agriculteurs se saisissent de ces problématiques et d'avoir une méthode. On dépend de beaucoup d'éléments extérieurs et notamment des orientations politiques", confirme Loïc Guines. À noter que les questions d'équilibres entre les productions animales et végétales seront abordées, notamment sous l'angle de l'utilisation de la surface agricole et de l'alimentation des cheptels. "À travers ce que j'ai pu déjà lire dans les différents diagnostics, il y a déjà des pistes de travail pour la chambre d'agriculture", conclut Loic Guines.
Restera ensuite en fonction des éléments qui se dégageront à trouver un plan d'action pour répondre aux différentes problématiques qui attendent le monde agricole dans les prochaines années.

agricultures bretonnes

Les résultats attendus

- Réalisation d’un état des lieux des filières agri-coles bretonnes (positionnement de leurs atouts, faiblesses, opportunités et menaces, analyse de leurs évolutions passées et projection de leurs évolutions potentielles à l’avenir),
- Analyse des facteurs de changement,
- Formalisation de trois à cinq scénarios d’évolution de l’agriculture et de l’agroalimentaire bre-tons à l’horizon 2040,
- Analyse approfondie d’un scénario sur les aspects volume et valeur de la production agricoles, utilisation des surfaces agricole, entreprises agricoles et systèmes, emplois dans les filières agricoles et agroalimentaires, bilan carbone, gaz à effet de serre, environnement.

Pour aller plus loin

L'étude a démarré au 1er semestre 2020 avec un objectif de finalisation en 2021. L'équipe projet est constituée d'ingénieurs et de conseillers des chambres d'agriculture de Bretagne, associant des compétences en agronomie, en élevage, en environnement, en production d'énergie, en économie et en gestion des entreprises agricoles dans une logique de transversalité des travaux. Le comité de pilotage est lui constitué de responsables professionnels et représente les différentes productions et territoires bretons, ainsi que le secteur agroalimentaire.
"C'est un travail collectif qui est assez inédit, souligne Maud Marguet, cheffe de projet. On a déjà identifié une dizaine de grands domaines, tels que le changement climatique, les politiques publiques, les territoires, le consommateur citoyen, les techniques de production... avec pour chacun différentes variables : l'évolution de la population bretonne et sa répartition, l'évolution des comportements alimentaires des consommateurs, la rentabilité des exploitations, le bien-être animal... Et en fonction de telle ou telle variable, nous évaluerons ensuite les évolutions possibles".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Cette année, les moissons de céréales affichent de faibles  rendements
Avec le retour du soleil, les moissonneuses sont nombreuses dans les champs de la région ces derniers jours. En revanche, même si…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
Nouveau cadre financier pour 2021-2027 : Quelles conséquences pour la réforme de la Pac ?
Les discussions entre les dirigeants européens qui ont abouti à un accord le 21 juillet ont porté sur les enveloppes budgétaires…
Porc : dix groupements visent le mâle entier en 2022
Dix organisations de producteurs de porcs se positionnent pour le mâle entier à partir de 2022. Une information à l'attention de…
Revenu des agriculteurs : l’objectif de deux Smic est hors d’atteinte
Les revenus bruts par actif agricole non salarié avoisinent plutôt le Smic. Seuls les producteurs de porcs, de volailles standard…
Un observatoire pour lutter contre l'agribashing
La cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole Demeter se décline dans les départements. En Ille-et-Vilaine, la…
Publicité