Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les ambassadeurs du champignon breton à Paris

Emmanuelle et Fabrice Roze cultivent des champignons à Poilley en Ille-et-Vilaine. Pour la première fois, ils tiendront un stand au salon de l'agriculture (SIA) pour promouvoir leur marque "Lou" et encourager les visiteurs à consommer plus de champignons bretons... de Paris !

© H.Bonneau

Le champignon est une production peu connue mais qui connaît une croissance exponentielle ces dernières années. Le paradoxe ne décourage pas Emmanuelle et Fabrice Roze, bien au contraire il les pousse à communiquer davantage autour de cette production qui les passionne. Avec leur onze salles de cultures, ils produisent 50 000 tonnes de champignons (petits pour l'apéro, à cuisiner, à farçir, à poser sur le barbecue) et "nous pourrions doubler, voir tripler la production en fonction de la demande", explique Emmanuelle. Si la volonté de développer la production est clairement affichée par les deux entrepreneurs, les facteurs limitants restent la capacité à ré-investir après la construction de leur première structure en 2015 et la difficulté à recruter du personnel pour la cueillette les champigons.
Un produit "à la mode"
Dans le contexte agro-alimentaire du "beau, bio et sain", le champignon breton à tout bon. "Les français n'ont pas l'habitude de consommer du champignon frais, or il correspond parfaitement aux attentes "santé" des consommateurs. A nous de faire en sorte que demain le champignon ait sa place sur la table des apéritifs, au même titre que la tomate cerise", confie la co-gérante. Et d'ajouter : "notre premier atout de communication, c'est notre produit". Si la location d'un stand au SIA représente un investissement conséquent, Emmanuelle et Fabrice estiment qu'ils "doivent parler en direct avec le consommateur, être transparents sur nos pratiques". Bien conscients de l'intérêt du marketing, le couple n'a pas lésiné sur l'aspect commercial avec un logo "qui parle aux consommateurs" et une segmentation poussée. La marque a developpé 35 références à partir du produit brut. Un bel exemple de valorisation et de création de valeur ajoutée.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Dans l’Orne, une nouvelle attaque d’élevage suscite la colère de la profession agricole

Un incendie criminel a ravagé trois bâtiments d’un élevage de poulets de l’Orne, dans la nuit du 16 au 17 septembre. Si l’…

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?
Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Publicité