Aller au contenu principal

Les ambassadeurs du champignon breton à Paris

Emmanuelle et Fabrice Roze cultivent des champignons à Poilley en Ille-et-Vilaine. Pour la première fois, ils tiendront un stand au salon de l'agriculture (SIA) pour promouvoir leur marque "Lou" et encourager les visiteurs à consommer plus de champignons bretons... de Paris !

© H.Bonneau

Le champignon est une production peu connue mais qui connaît une croissance exponentielle ces dernières années. Le paradoxe ne décourage pas Emmanuelle et Fabrice Roze, bien au contraire il les pousse à communiquer davantage autour de cette production qui les passionne. Avec leur onze salles de cultures, ils produisent 50 000 tonnes de champignons (petits pour l'apéro, à cuisiner, à farçir, à poser sur le barbecue) et "nous pourrions doubler, voir tripler la production en fonction de la demande", explique Emmanuelle. Si la volonté de développer la production est clairement affichée par les deux entrepreneurs, les facteurs limitants restent la capacité à ré-investir après la construction de leur première structure en 2015 et la difficulté à recruter du personnel pour la cueillette les champigons.
Un produit "à la mode"
Dans le contexte agro-alimentaire du "beau, bio et sain", le champignon breton à tout bon. "Les français n'ont pas l'habitude de consommer du champignon frais, or il correspond parfaitement aux attentes "santé" des consommateurs. A nous de faire en sorte que demain le champignon ait sa place sur la table des apéritifs, au même titre que la tomate cerise", confie la co-gérante. Et d'ajouter : "notre premier atout de communication, c'est notre produit". Si la location d'un stand au SIA représente un investissement conséquent, Emmanuelle et Fabrice estiment qu'ils "doivent parler en direct avec le consommateur, être transparents sur nos pratiques". Bien conscients de l'intérêt du marketing, le couple n'a pas lésiné sur l'aspect commercial avec un logo "qui parle aux consommateurs" et une segmentation poussée. La marque a developpé 35 références à partir du produit brut. Un bel exemple de valorisation et de création de valeur ajoutée.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
Tristan Delisle, un producteur de lapins engagé
Tristan Delisle s'est installé en mars 2020 sur l'élevage familial de lapins avec sa mère, en remplacement de son père parti à la…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
Publicité