Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les aviculteurs veulent reconquérir le marché français

Tournée des popotes jeudi dernier à Lorient, dans le Morbihan, où les responsables du dossier avicole de la FRSEA et des JA de Bretagne sont allés vérifier dans quelles assiettes se niche le poulet belge, hollandais ou allemand. Leur objectif ? La reconquête du marché intérieur pour la pérennité des élevages, "et de l'emploi".

Devant les caméras de France 3, Jean Michel Choquet et Fabrice Caro, ont vérifié la provenance européenne des viandes de poulet qui inondent sans indication d'origine, le marché du plat préparé et de la restauration en France.
Devant les caméras de France 3, Jean Michel Choquet et Fabrice Caro, ont vérifié la provenance européenne des viandes de poulet qui inondent sans indication d'origine, le marché du plat préparé et de la restauration en France.
© Terra

Car à eux trois, ils représentent "87 % des volumes du marché du poulet standard dans la restauration hors domicile et 68 % dans l'industrie", déplorent Jean-Michel Choquet et Fabrice Caro. Et de mesurer l'étendue des dégâts. "En 10 ans, on a perdu 32 % des exploitations avicoles du département, premier département avicole de France". Y reste encore 1,8 million de m2 de bâtiments en volaille de chair, quasi l'équivalent des surfaces nécessaires pour produire les poulets importés. Et le contexte export est loin de rassurer (Tilly Sabco, Doux, UKL Arrée). Devant les caméras de France 3, venues en reportage sur le sujet, les aviculteurs ont vérifié la réalité statistique auprès de trois restaurateurs et d'un magasin de gros de Lorient. S'ils y ont déniché de la volaille française, c'est en minorité. Et si le poulet y est bien estampillé "français" sur les barquettes, le logo ne suit pas jusqu'au sandwich ou dans l'assiette des restaurants. "Au lieu de poser des questions, que nos parlementaires légifèrent sur cette traçabilité jusqu'au consommateur pour toutes les viandes, ce sera utile", réclament-ils. Quant au différentiel de prix ? Il est vérifiable sur les barquettes d'escalopes de poulet. "Celles du groupe belge Pingo sont à 5,68 e du kilo, les françaises à 6,33. Nos industriels commencent à se mettre à la découpe et au conditionnement en gros". "650 e la tonne de différence, on n'est pas compétitifs", déplorent-ils. Des gains de compétitivité sont encore à gagner, là. Car au sortir des élevages, le poulet breton est tout aussi compétitif que la volaille belge.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Notre agriculture devrait-elle répondre aux diktats pour perdurer et être légitime ?

De plus en plus, nous, agricultrices et agriculteurs devons répondre à des injonctions, et même plus que cela, à de…

Après 7 ans au Canada, Julien Thomin s'installe à Plouider
Salarié pendant 10 ans, dont 7 au Canada, Julien Thomin a fait le choix de revenir sur l'exploitation familiale, à Plouider (29)…
"On vit une guerre économique"
Invité à intervenir à l'occasion de l'assemblée générale de la FDSEA 35 qui se déroule le 20 février prochain, Gil Rivière-…
La Roazhon ferme revient s'installer le 23 février à Rennes
Deux ans après la première édition, la Roazhon ferme s'installe à nouveau à Rennes à proximité immédiate du Stade Rennais pour…
La Roazhon Ferme s'installe au Roazhon Park le 23 février

Attention, pour des raisons liées à la télévision, la programmation du match entre Rennes et Nîmes change de date ! Elle passe…

Publicité