Aller au contenu principal

Les éleveurs bloquent la Scarmor pendant trois jours

Les entrepôts de la Scarmor, à Landerneau, ont été bloqués par des producteurs de porc, de bovins lait ou allaitants, venus réclamer le juste prix d'achat pour leur viande et une meilleure répartition de marges au sein de la filière.

Vendredi matin, les traits sont tirés, la fatigue se fait sentir. Mais la détermination n'a pas cédé d'un pouce. "Il y a urgence, martèle Charles Donval, le co-président de la section porc de la FDSEA. Si rien n'est fait, d'ici la fin de l'année, un nombre certain d'élevages auront déposé le bilan".

C'est pour dénoncer la faiblesse des cours et demander aux grandes surfaces de faire cesser cette guerre des prix destructrice qu'une quarantaine de producteurs ont bloqué les accès de la Scarmor, le mercredi 27 mai, dès 4h du matin, avant que la relève ne s'organise toutes les quatre heures, pour tenir dans la durée.

"La Scarmor, c'est symbolique, reconnaît Thierry Merret, le président de la FDSEA. Si Michel-Edouard Leclerc est un grand communicant, il a le don d'irriter les éleveurs par ses prises de position". Présent sur place depuis le début du blocage, Rémy Jestin, le président de la Scarmor, tient à faire entendre sa voix. "Les éleveurs de porc demandaient une hausse au MPB de 5 centimes. Certes, ils n'ont obtenu que 1,4 centime. Mais Kerméné, l'abattoir du groupe Leclerc, a toujours acheté au plus fort, ce qui n'est pas le cas des 5 autres abattoirs". Et d'aller encore plus loin. "Ce n'est pas dans nos magasins que les JA ont stické de plus de viande, lors des opérations Viande de nulle part".

"Nous en sommes conscients, répond Yves-Hervé Mingam. Mais ces 20 centimes, nous en avons besoin ! Aujourd'hui, un élevage de porcs ferme chaque jour en France. Et ce sont des milliers d'emplois qui sont menacés, dans toute la filière". Et le responsable porc des JA de dénoncer les marges abusives de la grande distribution, "mais aussi les promos abusives, qui font que le prix n'est plus lisible pour le consommateur".

Alors qu'à Gaël (35), les éleveurs qui bloquaient la centrale Casino ont été délogés par les CRS, les producteurs finistériens décident de quitter les lieux vendredi vers 11h, dans le calme. "Stéphane Le Foll est dans le Finistère lundi. On va lui demander des comptes", prévient Thierry Merret.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité