Aller au contenu principal

Les éleveurs de porcs protestent contre les importations

Comment s'en sortir quand, en plus des cours inférieurs au coût de production, des produits d'importation affluent ? Samedi 24 octobre, les producteurs de porcs sont allés dans les grandes surfaces dénoncer les importations.

Dans un Lidl de Rennes, les producteurs vérifient l'origine des produits.
Dans un Lidl de Rennes, les producteurs vérifient l'origine des produits.
© Cécile Julien

Alors que le cours frôle les 1 euro et que la crise s'enfonce dans sa troisième année, les producteurs de porcs sont d'autant plus excédés de voir de la viande d'importation arriver sur le marché français. Samedi 24 octobre, à l'appel de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, une vingtaine de producteurs, épaulés par des collègues d'autres productions, ont dénoncé ces importations. Dans les enseignes du hard discount, comme Lidl, la viande importée est très présente. A 3,99 euros le kilo de côtes de porc "origine Union européenne" emporte le choix des consommateurs face à des côtes estampillées Viande porcine française, pourtant seulement à 5,70 euros. Dans les produits transformés, charcuterie et jambon viennent souvent de loin. Notamment en provenance d'Allemagne. "Là-bas, les abattoirs travaillent avec de la main d'œuvre étrangère très peu payée. Cela crée d'importantes distorsions de concurrence, dénonce Dominique Trubert, responsable de la section porcine FDSEA. Face à de telles différences, nous ne serons jamais compétitifs". Les producteurs sont donc allés expliquer aux responsables de trois grandes surfaces que, derrière la production porcine, c'est tout un pan de l'économie régionale et de nombreux emplois qui sont en jeu. Pour alerter les consommateurs, des affiches "non à la mort de l'agriculture bretonne" ont été placardées. Les producteurs ont faits remettre en frigo la viande importée. "Nous n'avons pas le choix de ce que nous mettons en rayon, se défend le responsable du Lidl rue de la Donelière, à Rennes. Tout est décidé par notre direction régionale, l'origine des produits, les prix".

Avec cette spirale à la baisse des cours, d'autant plus à une période peu favorable à la consommation, ce sont de 30 à 40% des exploitations qui sont en très grande difficulté. "Notre coût de revient est de 1,45 euro, alors on creuse le trou tous les jours", se désespèrent les producteurs. A quand la reprise des cours ?

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
La naissance d'un poids lourd du conseil, et de la Data en élevage
Par communiqué, quatre structures, Evolution, BCEL ouest, GDS Bretagne et Copavenir ont annoncé en fin de semaine dernière leur…
Publicité