Aller au contenu principal

PORC
Les éleveurs réclament un peu plus de solidarité !

Le mercredi 20 mai, tandis que les producteurs d'Ille et Vilaine se retrouvaient à l'abattoir Abera, de Saint Brice en Cogles, ceux du Finistère, des Côtes d'Armor et du Morbihan bloquaient l'abattoir Bigard pendant 12 heures, afin de réclamer un peu plus de solidarité au sein de la filière et une hausse rapide des cours.

En Ille-et-Vilaine, à Abera, les producteurs ont assité à un dialogue de sourds à travers les grilles de l'abattoir.
En Ille-et-Vilaine, à Abera, les producteurs ont assité à un dialogue de sourds à travers les grilles de l'abattoir.
© Terra


"Depuis un mois, il y a deux groupes d'acheteurs au marché du porc breton, constatent les éleveurs. Ceux qui achètent au même cours et ceux qui proposent, systématiquement, deux centimes en dessous". Agacés par un tel comportement, les sections porc FDSEA ont décidé de réagir le 19 mai dernier.

Un marché à la hausse...

"Nous étions une bonne centaine, explique Claude Guisquet, membre du bureau de la section porc finistérienne. Et attendus par deux comités d'accueil, une quinzaine de cadres de l'autre côté des grilles et un déploiement impressionnant de forces de l'ordre". Forces de l'ordre qui, pour la plupart, quitteront les lieux après s'être assurées que les éleveurs restaient à l'extérieur de l'enceinte de l'entreprise. "Notre objectif était d'empêcher les camions frigo de sortir, pas de bloquer l'accès des salariés, ni celui des bétaillères".

…sauf en Bretagne

"Le marché européen est dans une tendance haussière, constatent les producteurs, citant le marché allemand, qui vient de progresser de 5 puis de 2 centimes, ou le marché espagnol, qui a affiché +  2,3 centimes. Et, nous, on continue à plafonner". S'ils ne mésestiment pas les difficultés que rencontrent les autres maillons de la filière, abattoirs ou salaisonneries, ils ne veulent plus être la seule variable d'ajustement. "Aujourd'hui, 85% des abattages français sont réalisés par 4 groupes. Ils pourraient faire pression sur les prix ! Nous dénonçons un manque de solidarité dans la filière".
Les producteurs ont donc décidé de rester devant l'abattoir Bigard jusqu'à la fin du marché qui, férié oblige, se tenait le mercredi au lieu du jeudi. "Tout au long de la manifestation, nous avons subi des provocations, ne décolère pas Claude Guisquet. Et ça a continué pendant le marché". Alors qu'il s'agissait d'un petit marché, 44 000 porcs contre 50 à 55 000 d'habitude, le premier tour a laissé 33 000 invendus, Gad et Bigard n'achetant pas un seul cochon.
"A la fin du marché, il est resté 3 000 invendus, pour un cours en progression de 1,7 centime". Moins que ce qu'attendaient les producteurs, mais bien plus que ce qu'avaient prévu les abatteurs, certains tablant sur une baisse de 1,5 centime. "La crise dure depuis octobre 2007, rappelle Claude Guisquet. Il est urgent que l'on assiste à une remontée rapide des cours. Sinon, bon nombre d'entre nous ne tiendront pas jusqu'à la fin de l'année".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Fébrilité de la filière à l’approche de la fin de la castration à vif
À l’occasion de son assemblée générale, la Fédération nationale porcine (FNP) a demandé un changement de la grille de paiement de…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
L'agriculture se glisse entre les deux tours
Les FDSEA et JA de Bretagne avaient, dès la publication des listes de candidature pour les élections régionales, invité les…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Publicité