Aller au contenu principal

Les ETA se voient comme une solution au sur-investissement

Avec 911 entreprises de travaux agricoles et forestiers, le secteur des ETA représente en Bretagne un véritable gisement d'emplois et de compétences. Mais entre des clients agriculteurs confrontés à une crise profonde et une concurrence interne de plus en plus vive, la rentabilité de ce secteur se réduit année après année. Pourtant les ETA ont des atouts. Elles se voient déjà comme une alternative au sur-investissement dans les exploitations et une solution face à l'agrandissement.

Alors qu'en 2011, 955 entreprises de travaux agricoles proposaient leurs services en Bretagne, elles ne sont plus en 2016 "que" 911 dont 608  employeuses de main d'œuvre.

Agrandissement et baisse de rentabilité

La tendance de ces entreprises est à la fois de grossir en terme d'offre de services et de nombre de salariés, comme en témoigne l'importante progression de 4 404 salariés en 2010 à 5 211 en 2015 (2/3 en CDD et 1/3 en CDI). C'est dans le Finistère que les évolutions ont été les plus sensibles. En l'espace de deux ans, seize entreprises y ont disparu, passant de 162 à 146, avec malgré tout +35 équivalents temps plein sur la même période.

Au niveau national, les ETA estiment représenter plus de 100 000 emplois directs. Ces entreprises sont aujourd'hui largement touchées par la crise agricole. Le manque de trésorerie des exploitations agricoles impacte directement le paiement des travaux agricoles réalisés par les ETA. Elles estiment que les créances non réglées représentent 20 % de leur CA, avec une augmentation des délais moyens de paiement. De source CER France, le résultat courant représente aujourd'hui moins de 0,8 % du chiffre d'affaires, alors qu'il était cinq fois supérieur en 2011.

En 2016 les ETA ont obtenu parallèlement aux exploitants agricoles la possibilité de mesures d'urgence sur les cotisations sociales, pour les non salariés et les salariés du secteur auprès des caisses de MSA.

Attractivité et formation

Lors de leur assemblée générale, les représentants régionaux ont tenté de trouver des perspectives positives, dans un contexte général très complexe. Philippe de Guenin, directeur de la Draaf, est venu expliquer que le durcissement des normes phyto représenterait à court terme une formidable opportunité pour ces entreprises : "Nous aurons dans les années à venir une pression sur les phyto, de la part de la société, largement supérieure à la situation actuelle". Olivier Allain qui représentait le conseil régional a repris à son compte l'argument d'outils indispensables permettant de lutter contre le sur-investissement dans les exploitations agricoles.

Mais pour les ETA, un des enjeux de ces années sera leur attractivité, et leur capacité à trouver les compétences et la technicité pour répondre à la fois à la complexification des matériels mais surtout de la réglementation notamment en matière de produits phytosanitaires. Elles se sont déjà investies sur le sujet avec l'accompagnement de formations avec le réseau des MFR, et la mise en place de formations spécifiques diplômantes au métier d'entrepreneur de travaux ou de salarié d'entreprise. Aujourd'hui la quasi totalité des jeunes formés ont trouvé un poste qui devrait être pérenne.

Au niveau national on estime qu'environ 100 000 personnes sont directement dépendantes de l'activité des entreprises des territoires. Les entreprises présentes à Janzé vendredi dernier ont à la fois témoigné de leur capacité à répondre aux besoins des exploitations agricoles, mais d'un quotidien compliqué par les difficultés économiques et administratives. Comme employeurs de main d'oeuvre, comme entreprise de transport, ou utilisatrice de produits phytosanitaires, les ETA aimeraient bien qu'on leur simplifie la vie, même rien qu'un peu !

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité