Aller au contenu principal

Les fermiers de Janzé à la vitesse supérieure

La coopérative des fermiers de Janzé (35) se porte bien et poursuit son développement. Comme elle l'avait déjà annoncé au moment du Space, une filière bio est en train de voir le jour avec des premières mises en place programmées pour janvier 2018.

Sept éleveurs pour quatorze poulaillers constituent aujourd'hui les débuts de la filière bio des fermiers de Janzé. "Notre objectif est d'avoir dès 2019, 30 bâtiments dédiés à cette production", souligne Stéphane Letué, directeur de la coopérative. Ce projet de filière bio résulte d'une volonté des éleveurs et d'une demande de la SNV (groupe LDC) qui gère l'abattage et la transformation des volailles de Janzé. "Pour nous, l'objectif est d'avoir un lot par semaine à partir des mises en place de janvier 2018, soit 4 000 poulets, et de passer à deux lots par semaine à partir des mises en place d'octobre 2018", confirme Lauranet Girard, directeur général de la SNV. La commercialisation se fera principalement en restauration hors foyer (RHD), en tant qu'ingrédient pour des produits préparés, et dans les rayons traditionnels des grandes surfaces. Côté cahier des charges, il faudra bien sûr que les éleveurs prennent en compte le respect des règles européennes et françaises sur la bio. Il leur faudra aussi y intégrer les cahiers des charges du Label Rouge et de l'IGP, qui comprennent des obligations sur les ouvertures des trappes, des contrôles inopinés, la plantation de parcours... "Les éleveurs qui souhaitent faire partie de cette filière doivent aussi avoir l'ensemble de leur exploitation en bio. C'est un choix que nous faisons par souci de cohérence", ajoute Patrick Giboire, le président des fermiers de Janzé.

60 nouveaux poulaillers entre 2016 et 2017

La coopérative entend poursuivre son développement, à l'image des 60 poulaillers neufs construits entre 2016 et 2017 et qui portent à 360 le nombre de bâtiments en service. Sur ces 60 créations, 40 répondent aux besoins de la demande grandissante et 20 doivent permettre d’alléger les plannings. En effet, comme le souligne Roger Moriceau, président de la commission avenir, "nous souhaitons poursuivre le développement sur un rythme de 30 bâtiments par an car la situation reste tendue, avec une moyenne des vides sanitaires de 15 jours. Nous refusons encore des commandes en fin d’année".

Un autre enjeu pour la coopérative repose sur le renouvellement des générations. Ainsi, de nombreux départs en retraite sont attendus et le directeur a invité les éleveurs à poursuivre l'investissement dans la rénovation des bâtiments. "Un grand nombre a été rénové ces dernières années, mais on constate aussi qu'un fossé se creuse entre les sites rénovés et les autres", indique Stéphane Letué. En tout cas, Patrick Giboire peut désormais avoir le sourire. Les années difficiles, de 2001 à 2010, et les relations "tendues" avec Doux ne sont désormais qu'un "mauvais souvenir". D'autres projets sont en cours, comme la construction d’une unité de méthanisation collective pour injecter du biogaz directement sur le réseau. Si le lieu d’implantation n’a pas encore été fixé, une quarantaine d’éleveurs alimenteront le digesteur avec leurs effluents.

Les toqués reviennent à Rennes

Les 17 et 18 décembre, les toqués de Janzé reviennent s'installer à la halle Martenot à Rennes pour deux jours de festivités autour des produits de Janzé, chapon en tête. Au programme, ateliers culinaires, frigo magique, visite d'élevage et de nombreuses animations en tout genre. Sans oublier la sixième édition du concours inter-école qui mettra aux prises quatre duos cusiniers-serveurs. L’occasion pour les établissements hôteliers de mettre en lumière leurs élèves et d’aller à la rencontre des professionnels en confrontant leurs talents. Sélectionnés sur dossier, les quatre duos de candidats s’affronteront en public le 18 décembre. Avec une recette salée autour du chapon de Janzé, rythmée par l’art du service maîtrisé. De grands chefs seront à leurs côtés pour les coatcher et les soutenir.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité