Aller au contenu principal

Les GMS ignorent l’origine des produits agricoles

Le magazine "LSA" a réuni des responsables régionaux de la grande distribution et des chefs d’entreprise de la région Grand Ouest afin d’échanger sur le thème de la construction de partenariats durables en région.

L’essentiel des débats du 29 septembre dernier à Nantes a porté sur l’accessibilité aux rayons de la grande distribution pour des entreprises de petite taille et de taille moyenne ne disposant pas des capacités ou de la volonté de passer par un référencement en centrale d’achats nationale.
L’ensemble des acteurs de la grande distribution présents, se sont accordé sur le fait que le point d’entrée à toute relation commerciale entre leurs enseignes et leurs futurs fournisseurs demeuraient les chefs de rayons.
Conscients des lourdeurs administratives liées à une procédure de référencement national, les responsables d’enseignes ont invité les fournisseurs à bâtir des relations de proximité directement avec les magasins en testant leurs produits dans un point de vente par le biais d’animations. Puis, grâce à leur réactivité commerciale et à leur proximité géographique qui sont des atouts de premier plan, elles pourront progressivement augmenter leurs volumes et viser un référencement en centrales régionales.

Un thème absent des discussions

Le thème de l’origine géographique des matières premières a été très peu évoqué et ne semblait pas une question centrale dans la définition d’un produit local. Le lieu de transformation, l’impact environnemental et la sauvegarde de l’emploi semblaient primer sur une réelle identification de l’origine des matières premières mises en œuvre. Pour preuve, la définition qu’un responsable régional d’enseigne donne d’un produit régional est la suivante : "un produit qui n’est pas traité au niveau national" et celle d’un produit local : "un produit qui n’est pas traité au niveau régional" ! Les critères du "local" semblent donc davantage liés aux fonctionnements internes des procédures de référencement et de gestion des produits par les enseignes qu’à l’origine des matières premières.

"Les locavores" : tendance lourde de consommation

L’intervention d’un expert d’un cabinet conseil en marketing, spécialisé dans les panels et les tendances de consommation, a qualifié le phénomène "locavore" de tendance lourde de consommation pour les années à venir, contrairement à une mode de consommation, n’ayant pas vocation à s’installer dans la durée.
Présents dès 2009, la prise en compte de la hausse du prix du pétrole, la recherche de réassurance à travers la proximité, la prise en compte du développement durable et le renforcement de la problématique de nutrition-santé par les consommateurs se sont amplifié et convergent vers une consommation devenue plus responsable qui pourrait se résumer ainsi : "acheter plus juste et ne plus juste acheter plus".
La prise en compte de cette demande croissante pour plus de produits ruraux issus des territoires où vivent les consommateurs par la grande distribution sera un facteur clé de succès pour les années à venir.
Pour preuve, cette recherche de proximité des enseignes se traduit par un redéploiement stratégique du format supermarché au détriment de l’hypermarché et les nombreuses campagnes de communication de la grande distribution visant à promouvoir leurs initiatives locales.
Cependant, afin de répondre pleinement à cette tendance de fond et éviter toute confusion possible dans la définition d’un produit local, la question de l’origine des matières agricoles utilisées dans l’élaboration des produits finaux devra être traitée de manière tout à fait transparente par l’ensemble des acteurs afin de ne pas "survoler" un sujet majeur et fondateur pour l’avenir et la pérennité de notre agriculture.
Jean-Marie Briand.
Pôle nouveaux marchés Chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Y aura-t-il encore de l’élevage demain en Bretagne ?
C’est la question que posent en substance les présidents des chambres d’agriculture de Bretagne, dans une lettre ouverte adressée…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

"Quand on plante, on a de multiples bénéfices"
Planter, gérer, valoriser l’arbre sur le territoire breton, tel est l’objet des premières rencontres bretonnes de l’arbre. Elles…
Publicité