Aller au contenu principal

Lait, porc, légumes, installation...
Les JA inquiets

Des dépôts de légumes vieillissants, des normes Corpen qui bousculent l'équilibre des exploitations laitières, des menaces sur l'emploi en porc, des installations qui ne couvrent même plus les départs anticipés : lundi dernier, les Jeunes agriculteurs ont invité le Préfet sur une exploitation pour lui faire part de leurs inquiétudes.

Lundi dernier, les JA 29 ont invité Jean-Jacques Brot, Préfet du Finistère, et Laurence Deflesselle, chef du service agricole à la DDTM, à découvrir l'exploitation de Lionel Faujour (à droite), avant d'évoquer avec eux leurs sujets d'inquiétude.
Lundi dernier, les JA 29 ont invité Jean-Jacques Brot, Préfet du Finistère, et Laurence Deflesselle, chef du service agricole à la DDTM, à découvrir l'exploitation de Lionel Faujour (à droite), avant d'évoquer avec eux leurs sujets d'inquiétude.
© Chantal Pape

Ils l'avaient fait l'an passé à Plourin les Morlaix. Cette année, c'est à Plounevez-Lochrist, en plein cœur de la zone légumière, que les JA ont donné rendez-vous à Jean-Jacques Brot, Préfet du Finistère. L'occasion d'évoquer les deux projets de stations de la Sica, bloqués l'un pour des problèmes d'urbanisme l'autre pour des fouilles archéologiques. "Nos stations sont vieillissantes, constate Lionel Faujour. Et elles ont 15 à 20 ans de retard sur la Belgique ou les Pays-Bas. Il faut à tout prix qu'on puisse en construire de nouvelles".

En porc, le cours vient de perdre 0,20 €/kg, alors que les producteurs souffrent de la flambée du cours des céréales et du soja. "L'alimentation représente désormais 70% du coût de revient", rappelle Olivier Billon, le président des JA. Une situation qui va conduire 15 à 20% de producteurs à ne pas pouvoir effectuer la mise aux normes bien-être, faute de financement.

En lait, les JA dénoncent les nouvelles normes Corpen, entrées en vigueur en septembre. "Les producteurs vont devoir garder leurs vaches plus longtemps à l'étable ? Dénoncer les plans d'épandage des producteurs de porcs ? C'est une aberration complète". Au passage, ils égratignent aussi leurs entreprises. "Aujourd'hui, elles fixent le prix qu'elles veulent ! Sont-elles encore des coopératives ?"

En 2012, le Finistère devrait enregistrer 130 à 135 installations aidées. "Pas même de quoi remplacer tous les départs anticipés, s'inquiète Olivier Billon. Aujourd'hui, 18% des agriculteurs ont moins de 40 ans, 24% ont 55 ans et plus". Si les JA entendent se battre pour l'installation, celle-ci ne doit pas se faire à n'importe quelle condition. "L'an passé, une installation sur 4 était atypique, parfois sur 1,5 ha ! Nous avons demandé à la chambre d'agriculture une étude sur leur devenir à 5 ans. Sont-elles vraiment viables sur le long terme ?"

Enfin, les JA ont dénoncé l'attitude du groupe Doux. "Il n'a payé que 36% des créances des éleveurs, alors qu'il s'était engagé sur 50%". Avant d'exprimer des craintes sur la filière porc. "Un abattoir est aujourd'hui sur la sellette. Et 300 à 500 emplois sont en jeu".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
La naissance d'un poids lourd du conseil, et de la Data en élevage
Par communiqué, quatre structures, Evolution, BCEL ouest, GDS Bretagne et Copavenir ont annoncé en fin de semaine dernière leur…
Viande cultivée : vers la fin de l’élevage ?
Depuis le premier steak haché créé en laboratoire en 2013, les techniques de production de viande artificielle progressent et de…
Une stratégie non pas tournée sur les volumes, mais le revenu
Lors d'une session en visio-conférence les chambres d'agriculture de Bretagne ont débattu et adopté les grands axes de leur…
Publicité