Aller au contenu principal

Les JA repartent en actions

Déçus du plan d'aide gouvernemental, les Jeunes agriculteurs ne vont pas tarder à repartir en actions pour faire valoir leurs revendications.

Dans les jours à venir, les JA vont relancer les opérations de contrôle en grandes surfaces et traquer le lait et la viande "de nulle part".
Dans les jours à venir, les JA vont relancer les opérations de contrôle en grandes surfaces et traquer le lait et la viande "de nulle part".
© JA 29

"Un coup d'épée dans l'eau". Tel est, pour les JA, le bilan du plan de soutien aux éleveurs français de l'été dernier. "Sur les 550 millions d'€ d'aides annoncées, 500 millions sont destinés à l'investissement. Avec l'état actuel des trésoreries, qui est en mesure d'investir ?". Les aides aux agriculteurs en difficulté ne trouvent pas plus grâce à leurs yeux. "Pour le Fac porc, le montant moyen alloué, moins de 10 000 € par élevage, correspond au coût de l'alimentation des animaux pour une semaine".

Et que dire de la possibilité de passer de l'assiette triennale à l'assiette annuelle pour le calcul des cotisations sociales ? "Cette mesure, réservée aux revenus inférieurs à 4 184 €, ne concernera même pas 10% des agriculteurs". De plus, ces aides, pourtant qualifiées d'urgence, manquent de réactivité. "Il faut compter 6 mois pour les percevoir. Et, sur 478 dossiers prioritaires dans le Finistère, seuls 219 ont obtenu le versement de l'enveloppe prévue". Et elles ne sont pas adaptées. "L'année blanche ne concerne pas les prêts JA".

 

Mention d'origine obligatoire

 

"En lait, porc, légumes, les coûts de production sont supérieurs aux prix payés". Les raisons qui ont poussé les JA à rallier la capitale en tracteur, début septembre, sont toujours là. Et leurs revendications n'ont pas changé. "Nous demandons une harmonisation fiscale et sociale au niveau européen, pour mettre fin aux distorsions de concurrence. Et l'étiquetage obligatoire des produits transformés, afin que le consommateur puisse choisir en toute connaissance de cause". Pour se faire entendre, ils vont redémarrer les opérations de stickage en grande surface d'ici peu, en ciblant d'abord le lait et la viande de nulle part. "A l'initiative des JA 29, plusieurs cars bretons feront le déplacement à Paris pour le salon de l'agriculture", prévient David Louzaouen, le secrétaire général. Avec, là encore, pour mission de débusquer les produits à la provenance non identifiée.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité