Aller au contenu principal

Les légumiers investissent dans l'emploi

L'AEF, la coopérative Terres de Saint Malo et le pôle emploi ont mis au point un recrutement collectif et un parcours de formation afin de permettre à des demandeurs d'emploi de répondre aux besoins de main d'œuvre de la production légumière.

Clarisse Galet, conseillère de la coopérative Terres de Saint Malo, explique à Brigitte, Alexandre, Cyril et Steeve, la traçabilité des légumes qu'ils produiront chez des agriculteurs malouins.
Clarisse Galet, conseillère de la coopérative Terres de Saint Malo, explique à Brigitte, Alexandre, Cyril et Steeve, la traçabilité des légumes qu'ils produiront chez des agriculteurs malouins.
© Cécile Julien

Brigitte, Alexandre, Cyril et Steeve, ils sont quatre jeunes, au parcours professionnel différent, pas forcément facile, à miser sur l'agriculture. Depuis quelques jours, ils travaillent dans des exploitations légumières de la zone malouine. Leur embauche est le fruit d'une action commune de la coopérative Terres de Saint Malo, de l'association emploi-formation et du pôle emploi. Pour répondre aux besoins de main d'œuvre, les trois acteurs ont mis en place une action de recrutement collectif. "Que ce soit pour des postes en CDI comme pour du travail saisonnier, nous avons du mal à recruter, constate Jean Luc Moulin, producteur à Saint Malo et vice-président de la coopérative. Or, les besoins en main d'œuvre augmentent, du fait de l'agrandissement des exploitations". Un hectare de choux fleurs demande 150 heures de travail. Pour le poireau, le besoin monte de 800 à 1.000 heures. Autant dire qu'il y a du travail dans les 130 exploitations légumières de la zone malouine.

Trouver, intéresser et former

Après deux réunions d'information proposées aux demandeurs d'emploi par les agriculteurs désireux d'embaucher, les personnes intéressées ont pu visiter des exploitations pour découvrir, in situ, les missions qui pourraient leur être confiées. Des entretiens ont finalisé le parcours et 4 personnes ont été recrutées, d'abord, pendant 3 mois, sous statut de stagiaire de la formation professionnelle, puis, si tout se passe bien, en CDI. Pour assurer leur insertion professionnelle, ces 4 jeunes seront formés par leur employeur mais également dans le cadre d'une action de formation préalable au recrutement. Dans ce parcours, ils vont se former à la conduite du tracteur, avec l'aide d'un intervenant d'Agr'Equip ; apprendre les bonnes postures de travail et les conseils de prévention avec la MSA et découvrir la filière légumière avec la coopérative Terres de Saint Malo (voir encadré). Ce plan de formation a été établi avec les professionnels, au regard des compétences nécessaires pour mener à bien le travail sur les cultures légumières. De leur côté, les agriculteurs qui ont embauché ces jeunes suivent une formation au tutorat.

Face au besoin de main d'œuvre, estimé de 10 à 30 CDI, les producteurs de la zone malouine pourraient conduire une nouvelle action d'embauche collective en septembre.

 Les futurs salariés à la découverte de Terres de Saint Malo

 

Brigitte, Alexandre, Cyril et Steeve suivent une action de formation préalable au recrutement afin de travailler dans des exploitations légumières. Pour compléter la formation que leur dispense leur employeur, ils ont visité la coopérative Terres de Saint Malo. "Nous voulons vous montrer le fonctionnement de la coopérative, comment ça se passe pour la vente de nos légumes, les critères de qualité, explique Jean Luc Moulin, vice-président de la coopérative. Car cela a un lien avec ce que vous faites". Après une présentation de la coopérative et de la zone légumière, les stagiaires se sont intéressés aux différentes productions, à leur calendrier (qui, avec la diversification, montre bien que de la main d'œuvre est nécessaire toute l'année), aux itinéraires techniques. Puis, direction la plateforme où les légumes sont réceptionnés et agréés. "Je vérifie le calibre, la qualité des choux fleurs, leur explique un agréeur. Si le chou fleur a reçu un coup de couteau, s'il n'est pas de parfaite qualité, il sera déclassé". Autant de critères que ceux qui en assurent la récolte doivent avoir à l'esprit.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
Publicité