Aller au contenu principal

Les maïs couchés compliquent la récolte

Pour la troisième année consécutive, de nombreuses parcelles de maïs ont été couchées par de forts coups de vent, quelques jours avant récolte. Une situation qui complique le travail des ensileuses et qui pourrait être évitée ? Le point avec Kevin Quivouron, co-gérant de l’ETA de l’Elorn, à Dirinon (29).

"Ca fait 17 ans que j’ensile… C’était l’année la pire". Sa machine entièrement démontée dans l’atelier pour la révision annuelle, Kevin Quivouron, co-gérant de l’ETA de l’Elorn, à Dirinon (29), revient sur une saison 2020 qui restera dans les mémoires. "Même si, bien souvent, on ne s’en rendait pas compte du bord du champ, le maïs était couché". Avec, à la clé, des chantiers qui s’éternisent. "Au lieu de 2,5 ha/h, notre ensileuse 8 rangs est bien souvent tombée à un ha seulement". De la casse sur les machines. "Elles ne sont pas prévues pour "avaler" de la terre. Les pièces d’usure sont très sollicitées et on arrive vite à des factures à 12 voire 20 000 €". Sans compter la fatigue et le danger pour les chauffeurs. "Tout au long de la journée, on n’arrête pas de descendre de la machine pour replacer le maïs sur le bec". Et un surcoût, "jamais entièrement facturé aux clients".

 

Bien choisir sa variété

Voilà trois saisons déjà que Kevin Quivouron est confronté à ces maïs couchés. "Et on est sans doute partis pour quelques années encore, le temps que la sélection génétique trouve des réponses". Car si les raisons sont certainement multi-factorielles, type de sol, précédent cultural, amendement, exposition de la parcelle…, certaines variétés sont plus sensibles que d’autres à la verse.
"Ces dernières années, les éleveurs ont privilégié la digestibilité". Et avec moins de lignine, les tiges se tiennent moins bien. Le pire ? "Un coup de vent pendant la moisson ! La tige est encore fragile, l’épi est déjà lourd…". Son conseil ? "Procéder à ses propres essais, en testant plusieurs variétés. Et en n’oubliant pas de noter celles qui sont les plus résistantes".

Bilan de campagne maïs 2020

Faire attention au semis

Les conditions de semis peuvent, elles aussi, expliquer une partie de la verse. "Attention aux pièces d’usure, prévient Kevin Quivouron. Avec un soc semeur bien aiguisé, la graine va rester coincée dans le sillon. Avec un soc usé, le sillon va former une sorte de gouttière, où la graine va rouler". Le semis sera plus irrégulier, tout comme la distance entre plants de maïs. "Et les plants les plus fins ne résisteront pas au vent".
De même, il faut prêter attention à la densité. "Il faut viser 95 000 pieds/ha, pas plus. Avec un semis moins serré, les plants seront plus gros et se tiendront mieux, pour un rendement équivalent".

 

Des parcelles trop humides

Après 500 ha de maïs ensilage, l’ETA a embrayé sur 650 ha de maïs grain. Et là aussi, les chantiers se sont avérés compliqués. Car au maïs couché s’est rajoutée de l’humidité dans les parcelles. "L’élevage bovin diminue. Et des parcelles qui, hier, restaient en herbe sont aujourd’hui cultivées". Trop humides au moment du semis de céréales, elles ont été implantées en maïs. Et la récolte a été d’autant plus difficile que certains choisissent des indices élevés, retardant encore les chantiers.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Pour un soutien différencié à l’agriculture biologique

De plus en plus de jeunes entrent dans le métier avec un projet en agriculture biologique (30 % en 2020 en Bretagne). Ce…

Publicité