Aller au contenu principal

BAISSE "INACCEPTABLE DU PRIX DU LAIT
Les producteurs de l’Ouest se mobilisent

Un camion bloqué près de Pouancé, la semaine dernière, d’autres actions similaires dans l’Ouest cette semaine : la mobilisation des éleveurs laitiers s’amplifie pour se faire entendre des entreprises de transformation.

Vendredi dernier à Baud (56) un camion Entremont a été bloqué quelques heures.
Vendredi dernier à Baud (56) un camion Entremont a été bloqué quelques heures.
© Terra

"Jamais – 40 euros". Le message en lettres noires sur le camion de collecte annonce leur détermination. À La Prévière, près de Pouancé (Maine et Loire), jeudi 16 au matin, une quarantaine de producteurs de lait se sont retrouvés pour bloquer un camion de collecte, chez Marc Guinard, un exploitant qui produit 270 000 litres et qui vient tout juste de terminer sa mise aux normes. Cette action a marqué le coup d’envoi dans l’Ouest d’une vaste mobilisation nationale décidée à l’appel de la FNPL, et qui devrait s’amplifier dans les semaines à venir.
L’après-midi, des élus de la FRSEAO lait, le Sarthois Pascal Clément, secrétaire général de la FRSEAO, et Christophe Berthier, vice-président de la section laitière d’Ille-et-Vilaine, ont convergé sur place, avec Alain Cholet, président de la FDL (Fédération départementale laitière 49), pour soutenir les éleveurs. "Les propositions des industriels sont inacceptables, ont insisté les responsables syndicaux. Avec l’augmentation des charges que connaissent les producteurs, on ne peut pas aller vers une baisse d’une ampleur jamais égalée. On nous considère ni plus ni moins comme des fournisseurs de matière première".
Les entreprises, avec qui les discussions au sein du Cniel sont interrompues depuis mardi 14 octobre, faute d’accord, annoncent des baisses de 40 à 70 euros/1 000 litres au 4e trimestre et de 100 à 120 euros/1 000 litres au 1er trimestre 2009, s’appuyant sur de nouveaux index. Elles réclament un système plus réactif, à trois mois contre douze auparavant.

La réactivité, oui, mais…

Dans le principe, les producteurs de lait ne sont pas opposés à la réactivité, "dans la mesure où cela correspond mieux à la situation des entreprises à un moment "T", mais pas dans n’importe quelles conditions", explique Alain Cholet.  Les producteurs souhaitent avant tout que les transformateurs reviennent rapidement à la table des négociations pour le prix du lait du 4e trimestre, car les producteurs ont besoin de lisibilité.  "Si vraiment nous avons un esprit de filière et si les transformateurs respectent les producteurs, nous devrions arriver à un accord dans les prochains jours", insiste Pascal Clément.
Mais, pour cela, il faut que les entreprises reviennent "avec l’intention de négocier, ajoute Alain Cholet. Car toute nouvelle rencontre dans les mêmes conditions n’aurait pas lieu d’être". Les producteurs n’accepteront pas que des entreprises sortent du cadre de l’interprofession, comme Entremont a tenté de le faire après la décision de la DGCCRF (répression des fraudes) de mettre fin aux recommandations nationales, en mai dernier, et qui depuis déstabilise la filière. Mais, en préalable à toute reprise des discussions, ils demandent "que les compteurs soient remis à zéro, c’est-à-dire que les 27 euros/1 000 litres que nous doivent les entreprises soient réglés. Il nous faut un solde de tout compte".

+ 50 euros de charges par 1 000 litres

Ils veulent aussi que la réactivité tienne compte de l’évolution des charges, qui ont augmenté, d’après l’Institut de l’élevage et la FNPL, d’environ 50 euros/1 000 litres pendant les 12 derniers mois. Les producteurs estiment que l’évolution du prix au dernier trimestre 2008 devrait être de 7,04 euros/1 000 litres, "ce chiffre correspondant aux dernières méthodes de calcul national connues". Ils ajoutent que par rapport à l’évolution des marchés en 2007, ils "sont loin d’avoir obtenu ce qu’ils sont censés obtenir", notamment par rapport à l’évolution du lait européen, allemand. "Sur les douze derniers mois, le lait a été payé à plus de 20 euros/litres plus cher aux producteurs allemands".

Des conséquences "dramatiques"

Une baisse de 70 euros comme demandée par les entreprises aurait des "conséquences dramatiques" pour les exploitations familiales laitières dans les années à venir. "On risque d’avoir à nouveau des demandes d’aides à la cessation laitière, prévient Alain Cholet, comme dans la période 2004-2007". Des perspectives d’autant plus inquiétantes que le spectre de laits flottants revient. Entremont a dénoncé pour 250 000 tonnes de contrats approvisionnés par Sodiaal et d’autres entreprises.
Les producteurs dénoncent, enfin, l’attitude des pouvoirs publics français qui n’ont pas demandé à la Commission européenne de réactiver les restitutions à l’exportation, comme cela est possible jusqu’en 2012, afin d’évacuer les volumes et de soutenir les cours des produits. La France s’y oppose en raison de la problématique du pouvoir d’achat. En attendant, c’est celui des producteurs qui risque d’être fortement amputé.

12 novembre : objectif revenu

Initiée par les éleveurs du Massif Central, une demande de conférence sur le revenu, devrait déboucher le 12 novembre sur une rencontre nationale. Ce jour là,  l’ensemble des sujets agricoles liés à la question du revenu sera mis à l’ordre du jour par le ministre. Les producteurs de lait, trouveront là une suite logique à leurs actions, mais la question des crises FCO, des hausses de charges, des marchés du veau, du porc, du vin, seront aussi probablement évoqués.
A quelques jours de la fixation d’un budget 2009 dont les marges de manoeuvre se réduisent au gré de la baisse de la croissance, les demandes seront fortes. Nul doute que le ministre cherchera des solutions du côté de la redistribution des aides européennes.   Les parlementaires seront sûrement sollicités pour appuyer les demandes aussi pressantes  que diversifiées.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité