Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MARIAGE ENTREMONT - SODIAAL
Les producteurs devront mettre la main à la poche

Entamé le 18 novembre dernier à Pédernec (22), le Tro breizh de l'Association des producteurs Entremont-Alliance (AEBEA) s'est achevé mardi à Bédée (35), après 7 réunions d'information et de présentation du projet de reprise par Sodiaal. Dans un climat parfois houleux, les producteurs ont eu à se prononcer. Une chose est sûre, les producteurs seront amenés à mettre la main à la poche dans le cas du mariage d'Entremont avec Sodiaal. Mais il n'est pas le seul en course. Lactalis ne cache pas son intérêt pour l'affaire, si les négociations devaient capoter le 30 novembre prochain.

7 réunions programmées à Pédernec, Rostrenen, Ploërmel et Plumelec, Ploneïs , Carhaix et Bédée ont permis de présenter le projet Sodiaal-Entremont Alliance aux producteurs bretons.
7 réunions programmées à Pédernec, Rostrenen, Ploërmel et Plumelec, Ploneïs , Carhaix et Bédée ont permis de présenter le projet Sodiaal-Entremont Alliance aux producteurs bretons.
© Terra

"Non, nous ne voulons pas rester chez Entremont-Alliance". Cette réponse donnée par 90 % des éleveurs présents dans la salle des fêtes comble de Ploërmel (56), le 18 novembre dernier, n'a rien d'un "scoop". Et les 262 euros consentis par le collecteur pour ce quatrième trimestre 2009 n'auront en rien changé l'avis des producteurs, lundi soir, à Plumelec, dans le Morbihan, où plus de 400 producteurs ont investi la salle polyvalente.

 

"Le sujet qui fâche" : 3,8 euros/1000 l pour restructurer

C'est à Frédéric Chausson, ancien directeur de la FNPL, et actuel responsable du développement chez Sodiaal(1), qu'est revenu la tâche de répéter, à chaque fois, l'intérêt du groupe coopérateur pour ce projet permettant de viser une 4e place européenne, et "d'opérer sur l'ensemble du bassin laitier français car les deux zones de production s'emboîteraient parfaitement sur le marché du fromage et des produits secs".
Car, selon lui, derrière l'enjeu de la reprise du groupe Entremont-Alliance, se profile l'avenir de la filière laitière française (lire aussi page 6). "Un mouvement de restructuration va s'impulser. Bien malin celui qui sera capable de dire, demain, le rôle de l'interprofession", met-il en garde, en rappelant les fondamentaux du groupe Sodiaal. "Un groupe attaché à une défense du modèle  laitier français basé sur la valeur ajoutée, avec une politique laitière forte, un pôle coopératif fort et une interprofession forte qui régule, c'est le meilleur modèle qui garantit de garder la valeur ajoutée dans la branche, avec, en face, un Lactalis toujours fort".
Soit, mais pour faire avec Sodiaal, groupe choisi par l'Etat français pour négocier jusqu'à fin novembre, les producteurs devront, en substance, adhérer, contractualiser  et mettre la main à la poche pour restructurer l'outil. Ou bien n'avoir que la garantie d'être collectés pendant 18 mois. Mais ensuite ? Pour les autres, 1,7 euro des 1000 l (rémunération à 2,5 %/an) seront prélevés pour le capital social et 3,8 euros/1000 l sur 7 ans pour réparer les dégâts. "C'est ce que nous avons fait pour restructurer la filière lait, il y a trois ans, et nous avons rendu les 3 euros des 1000 l demandés", tente de rassurer Frédéric Chausson.

"On a l'impression d'être orienté dans un projet"

"Le projet a le mérité d'exister. Nous sommes là pour vous donner l'information. Ensuite vous vous déterminerez en votre âme et conscience. Je ne suis pas là pour donner mon avis", rappelle Pascal Nizan, président de l'AEBEA(2), le projet est loin de faire l'unanimité. Des sujets fâchent, dont celui de la contractualisation. L'après-midi même à Rostrenen, le débat a été houleux. A Plumelec, l'ambiance plus mesurée, a permis à chacun d'exprimer et ses doutes et ses interrogations sur un dossier déterminant.
"Les mariés sont endettés jusqu'au cou. Les seuls qui vont payer dans ce mariage, ce sont les enfants et ça risque de me coûter 30 000 euros. C'est fort, tout de même !", explose un éleveur d'Elven. "Cela ressemble à une menace, cette proposition", s'indigne un autre. "Je ne suis pas enthousiaste, tempère Ronan Jacques, trésorier de l'AEBEA. Les parts sociales, cela me paraît logique. En revanche, demander à des producteurs qui sont sous payés depuis des années d'être condamnés à mettre encore au pot, non !".
L'amertume est bien palpable. "On voit bien que le morceau est un peu gros à avaler pour Sodiaal. Et pourquoi pas se battre, coopérative et privé, sur un objectif commun", lance Gilles Thomazo, président de Créavia. "Une vision partagée, c'est la meilleure chose qui puisse arriver", approuve Frédéric Chausson. "On est coincé, reprend un autre. Quand je vois Lactalis qui ferme toutes les portes et ne prend personne… J'ai des problèmes financiers, moi, j'aimerai bien une proposition de leur part".
Une proposition que Lactalis a faite et transmise à l'AEBEA, garantissant 10 ans de collecte et un prix maison payé aux producteurs Entremont. Reste qu'aujourd'hui un processus de négociation exclusive est à l'œuvre entre Sodiaal et le groupe belge Albert Frère. Il prendra fin, d'une manière ou d'une autre, le 30 novembre dans un contexte de reprise des marchés sur les produits industriels laitiers. De quoi laisser croire en des jours meilleurs et aiguiser tous les appétits.

(1) Sodiaal, ce sont  9 100 producteurs, 3,5 milliards de chiffre d'affaires avec les  marques Yoplait et Candia.
(2) L'AEBEA se réunira le 11 décembre prochain à Josselin pour l'assemblée générale.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Vignette
L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?
Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité…
Vignette
Eureden se dévoile au Space

L'union de Triskalia et du groupe d'aucy prendra effet le 1er janvier 2020 suite à l'accord de l'Autorité de la…

Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Publicité