Aller au contenu principal

PRIX DU LAIT
Les producteurs remettent la pression

Frank Guehennec, le président de la section lait de la FRSEA Bretagne, ne décolère pas depuis la demande de la Fnil (industriels laitiers) d'aligner les prix du lait français sur le prix allemand. "Provocation", lance-t-il d'emblée, tandis que, sur le terrain, dans les départements, les producteurs ont été invités à mettre la pression.

Dans la nuit de lundi à mardi, les producteurs ont mené des opérations coup de point comme ici sur les sites de Lactalis à Pontivy (56) ou encore sur celui d'Entremont Alliance à Guingamp (22).
Dans la nuit de lundi à mardi, les producteurs ont mené des opérations coup de point comme ici sur les sites de Lactalis à Pontivy (56) ou encore sur celui d'Entremont Alliance à Guingamp (22).
© Terra

Un déficit de compétitivité "intenable", ont mis en avant les entreprises du privé. Conséquence : ce sont bien elles qui sont visées par les sections laitières des FDSEA. Au premier rang desquelles Lactalis à Pontivy (56), qui devait recevoir lundi soir la visite des producteurs, mais aussi Entremont-Alliance, à Guingamp (22). "C'est Lactalis qui a fait cette proposition, précise Frank Guehennec, mais elle l'a fait au nom de toutes les entreprises privées et c'est le directeur de la Fnil(1) qui s'est exprimé en dernier ressort. Pour nous, c'est donc tout le secteur privé qui est visé". Cette prise de position, ainsi que le refus de la Fnil de voir publier par le Cniel(2) les indices de tendance économique, a aussitôt déclenché un tollé de la part de la FNPL et des JA Ouest (voir encadré).

 

Mobilisation avant la réunion du CIL

"Provocation", estiment de concert les représentants syndicaux. "Il est inacceptable de voir le comportement des industriels privés qui, dès le 2e trimestre 2010, veulent revoir les modalités d'application de l'accord du 3 juin de l'an dernier. Alors que le secteur coopératif, ajoute Frank Guehennec, était plutôt favorable à son application. Certes, ces derniers ont fait part de leur volonté de travailler sur le couple volume-prix, mais c'est tout autre chose".
La FNPL rappelle que "les entreprises annoncent des résultats 2009 confortés par rapport à 2008". Le responsable de la FRSEAB, lui estime qu'elles ont "la mémoire courte". Et d'ajouter : "après cette année 2009, la situation des exploitations est aujourd'hui tendue. Si on en rajoute une couche, ce sera la fin de certains producteurs. C'est inacceptable !".
Que ce soit en Bretagne ou en Pays de la Loire, les FDSEA-JA sont reparties sur le terrain pour mettre la pression avant la réunion de ce vendredi après-midi du CIL Bretagne-Pays de la Loire(3). "Nous souhaitons que tous reviennent à la raison. Mais, pour cela, il nous faut créer ce rapport de force, alors que les producteurs ont besoin de sérénité et de perspective", regrette Frank Guehennec, qui estime par ailleurs que le CIL a toute possibilité de négocier. En cas de refus, il menace : "nous repartirons pour un nouveau bras de fer".
En Basse-Normandie, selon Agra, "les organisations représentatives des producteurs de lait (FNSEA-FNPL, Coordination rurale, Confédération paysanne, Apli) préparent leurs réactions. Sur le plan régional, une concertation aurait eu lieu dans ce but". Dans un communiqué, la Coordination rurale invite aussi les membres de l'interprofession à rejoindre le combat qu'elle mène "pour une véritable régulation européenne de la production plutôt que de prôner un libéralisme destructeur de l'idée européenne".
"Je ne partage pas cette démarche, commente Frank Guehennec. Même si je suis d'accord sur la régulation européenne. Mais l'heure n'est pas à la polémique. Aujourd'hui, l'urgence est de parvenir à l'application de l'accord du 3 juin".
Réponse vendredi au terme de la réunion de la dernière chance en Bretagne.

(1) Fédération nationale des industries laitières qui regroupe les trois familles de l'interprofession : les producteurs, les industriels privés et les coopératives.
(2) Centre national interprofessionnel de l'économie laitière.
(3) Centre interprofessionnel laitier.

JA Ouest

La compétitivité ne se résume pas au prix d'achat

Les Jeunes agriculteurs de l’Ouest s’interrogent, dans un communiqué, sur l’appréciation de l’intenable pour les industriels privés : une baisse de plus de la moitié du revenu des producteurs laitiers français en 2009, est-ce tenable ?
Les JA de l’Ouest rappellent également que la compétitivité de la filière ne se résume pas au prix d’achat de la matière première; il appartient aux industriels de valoriser au mieux le lait qu’ils transforment.
Si ces derniers savent nous trouver pour les aider à faire passer des hausses à la grande distribution, nous saurons les trouver pour leur rappeler que leur métier ne s’arrête pas à la transformation du produit mais aussi à la valorisation de celui-ci", concluent les JA  qui demande donc que la Fnil revienne à la raison dans les plus brefs délais.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Publicité