Aller au contenu principal

ENQUÊTE
Les produits fermiers ont la cote

Quelle perception les consommateurs ont-ils des produits fermiers ? Pour le savoir une enquête a été conduite en 2006. Les instigateurs, l'UBTR et les chambres d'agriculture, notamment, ont dévoilé les résultats vendredi dernier à Rennes.

Pour Jo Pennors, les résultats de cette enquête sont plein d'enseignements et porteurs de pistes d'action.
Pour Jo Pennors, les résultats de cette enquête sont plein d'enseignements et porteurs de pistes d'action.
© Terra
Près de 5 700 enquêtes réalisées dans cinq régions, dont la Bretagne (plus de
1 000 questionnaires recueillis), confirment les chambres d'agriculture et l'UBTR (Union bretonne du tourisme rural) dans leur souci de conforter cette activité, voire de la développer, et d'adapter les outils d'accompagnement des agriculteurs. C'est ce qu'ont expliqué Jo Pennors, membre du bureau de la chambre régionale d'agriculture, président de la commission régionale Démarche qualité, et Annie Martin, présidente de l'UBTR.

Bonne image
Que révèle cette enquête ? Tout d'abord que la pratique d'achat est courante (77% des enquêtés), fréquente (40% au moins une fois par semaine) et sans occasion particulière (près de 80%). Les produits fermiers représentent plus de 15% des dépenses alimentaires globales. Ensuite, le nombre des consommateurs concernés (69%) est en augmentation (un peu plus de 15% par rapport à une précédente enquête de 1994), ceci s'accompagnant d'une modification des lieux d'achat (la GMS (17,8%) monte en puissance, mais les marchés (34%) restent en tête, tandis les achats à la ferme (32,6%) sont en diminution).
"Naturels, sains, voire même biologiques" : tels sont les termes que les consommateurs associent aux produits fermiers, démontrant une certaine confusion avec effectivement les produits bio. Ceci est à rapprocher des motivations profondes des acheteurs : la relation de confiance (46,7%), d'où une nécessité de proximité, la qualité traditionnelle/artisanale (25,1%) et  le goût (10,9%) .
Les produits fermiers souffrent cependant de freins, certains, comme le manque de volume pour pouvoir alimenter les GMS, la gamme trop étroite ou encore, à un degré moindre, le prix d'achat plus élevé, se rapprochant de ceux des produits bio. A 23,3% les acheteurs estiment que les produits fermiers sont trop chers, 14,3% ne pensent pas à en acheter où s'organisent mal pour cela et 12,8% disent ne pas savoir  où les acheter. Plus grave semble être la constatation que les moins de 30 ans, plus enclins aussi à acheter dans les grandes surfaces et à viser l'efficacité du temps consacré aux courses, sont les moins concernés par les achats de produits fermiers.

Agir plus efficacement
Jo Pennors veut voir dans toutes ces données des raisons de satisfaction et d'espoir. Il n'estime pas moins que "les chambres et les différents partenaires de ce secteur d'activité en plein essor doivent être plus présents sur le terrain et mieux organisés. Le frein du prix de vente nous incite à faire en sorte que les installations s'effectuent dans de bonnes conditions pour pouvoir offrir des produits compétitifs".
La structure d'accompagnement des chambres sur le terrain a été réorganisée et développée. Dorénavant un technicien "spécialisé" est présent dans chaque département et une équipe "ressource" a été créée au sein de la chambre régionale. A cela s'ajoutent les équipes propres à l'UBTR ou celles s'occupant de diversification et des produits bio.
Grâce à cette enquête, ces différentes unités pourront agir plus efficacement.
Définition

Pour l'heure, aux termes de la Loi d'orientation agricole (LOA) de 2005, les produits fermiers sont une mention valorisante au sein des signes de qualité. Un nouveau projet de loi devrait prochainement préciser cette notion, les acteurs bretons et leurs autres collègues souhaitant que la définition retenue soit : "production alimentaire, hors  les vins, dont les matières premières sont produites, et le cas échéant transformées ou conditionnées, sur l'exploitation sous le contrôle d'un agriculteur".
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité