Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les régionales s'invitent à l'AG de l'Ameb

Lors de l'assemblée générale de l'Ameb du 4 mars, six candidats aux élections régionales se sont prononcés sur leurs ambitions respectives en matière d'agriculture et d'agro-alimentaire pour la Bretagne.

De gauche à droite : Thierry Burlot, "la Bretagne solidaire, créative et responsable", Charles Laot, "Terres de Bretagne", François Palut, président de l'Ameb, Fabrice Loher, "Bretagne au centre", René Louail, "Europe Ecologie, maintenant, ensemble et solidaire", Yves Pelle, "Nous te ferons Bretagne" et Stéphane de Sallier Dupin, "Ensemble, dessinons la Bretagne"
De gauche à droite : Thierry Burlot, "la Bretagne solidaire, créative et responsable", Charles Laot, "Terres de Bretagne", François Palut, président de l'Ameb, Fabrice Loher, "Bretagne au centre", René Louail, "Europe Ecologie, maintenant, ensemble et solidaire", Yves Pelle, "Nous te ferons Bretagne" et Stéphane de Sallier Dupin, "Ensemble, dessinons la Bretagne"
© Audrey Dibet

Sur un budget de 1,15 milliards d'euros, à peine 22 millions sont consacrés à l'agriculture qui n'est pas directement une compétence du conseil régional. Le secteur est cependant concerné par l'ensemble des politiques régionales (soutien aux entreprises de l'aval, politiques de transport, formation des jeunes, etc.). "Charges sociales, prix de revient, concurrence déloyale, contrôles administratifs, crises médiatiques, énumère François Palut, président de l'Ameb, sont autant de points qui mettent en péril la population active". L'agriculture et l'agro-alimentaire étant en outre stratégique pour la région avec 550 000 emplois induits et directs, l'Ameb (association pour le maintien de l'élevage en Bretagne) attendait donc des candidats qu'ils se prononcent sur plusieurs questions, envoyées préalablement aux différentes listes. Le temps imparti était très court : moins de dix minutes pour chaque candidat.

Maintenir les volumes de production ?

Pour Fabrice Loher, de la liste "Bretagne au centre", la question du revenu prime sur celle des volumes de production. "Les problématiques de foncier, de rénovation de bâtiment, d'installation, d'attractivité des métiers sont fondamentales au maintien des actifs". Et pour Thierry Burlot, de la liste "Bretagne solidaire, créative et responsable", le volume de production est un faux problème qui "ne se posera plus quand les problématiques environnementales incontournables seront résolues". Et d'ajouter : "il faut que la société bretonne se réconcilie avec son agriculture, qu'elle reconnaisse les efforts faits par les agriculteurs". "Regagner du terrain en matière d'image" est également essentiel aux yeux de Stéphane de Sallier Dupin, de la liste "Ensemble, dessinons la Bretagne". "La région doit accompagner l'agriculture pour relever ces problèmes de pressions idéologiques et médiatiques", a-t-il ajouté. D'ailleurs sur le dossier des algues vertes qui a fini de salir l'image de l'agriculture bretonne, il souhaiterait que "la région s'implique dans le conseil scientifique" et que "tous les scientifiques soient entendus". "Il s'agit d'un problème collectif sur lequel tout le monde doit travailler pas seulement les agriculteurs", estime par ailleurs Yves Pelle, de la liste "Nous te ferons Bretagne". "C'est une question importante, mais pas au point de focaliser le débat", conclut quant à lui Fabrice Loher.

Gagner en valeur

Pour Charles Laot, de la liste "Terres de Bretagne", le défi des exploitations agricoles est aujourd'hui de "regagner du revenu". Point sur lequel René Louail, d'"Europe Ecologie, maintenant, ensemble et solidaire", le rejoint. Mais selon ce candidat, que la part de la valeur ajoutée à la production soit passée de 31% à 21% en 10 ans, est d'abord "un problème de modèle". "La Bretagne devrait aller vers plus de diversification à l'instar d'autres régions françaises", juge-t-il, et "le conseil régional consacrer plus de moyens à l'installation". De leurs côtés, les autres candidats ne souhaitent pas opposer les modèles en soulignant que tous ont leur place.

Alléger les contraintes administratives

De l'administration, Charles Laot estime qu'il vaudrait mieux "du conseil plutôt que de la répression". Thierry Burlot clame pour sa part "plus de proximité pour se sortir des excès réglementaires". "La décentralisation serait la meilleure des réformes" note Fabrice Loher. "Il faut avancer sur la décentralisation pour alléger les contraintes administratives", poursuit sur la lancée Yves Pelle. Et d'ajouter "L'application tatillonne d'un certain nombre de réglementations est un frein au développement des bassins de production".

Territoires

Décriant au passage la réforme territoriale qui menace une concentration de la population vers les centres urbains, Fabrice Loher "ne veut plus de déménagement de la population", "veut rééquilibrer les emplois sur les territoires, avec les paysans au centre de cette démarche". De son côté, Stéphane de Sallier Dupin a soulevé les questions d'éco-taxe et de taxe carbone sur lesquelles il souhaite se mobiliser pour "défendre la situation périphérique de la Bretagne".

Aussi, l'Ameb assure qu'elle mènera des actions pour vérifier que les engagements des candidats soient suivis des faits. En 2010, l'association restera mobilisée pour dénoncer les distorsions de concurrence qui menacent la compétitivité de l'agriculture et de l'agro-alimentaire bretonnes.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Dans l’Orne, une nouvelle attaque d’élevage suscite la colère de la profession agricole

Un incendie criminel a ravagé trois bâtiments d’un élevage de poulets de l’Orne, dans la nuit du 16 au 17 septembre. Si l’…

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?
Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Publicité