Aller au contenu principal

Les Terriales, un esprit de fête et des rencontres

Environ 8 000 personnes ont participé aux différentes animations programmées le week end dernier à Saint Armel. Les Terriales, ce sont bien sûr deux jours de fête... mais pas seulement! Jeudi soir, la salle des sports de Saint-Armel a ainsi accueilli une table ronde sur le thème "Nos territoires, source de richesses".

Pour planter le décor avant les débats, Jean Ollivro, géographe à l'université de Rennes 2 a fait un exposé sur les mutations auxquelles la Bretagne est confrontée, qu'elles soient économique, numérique, démographique ou écologique. "La première qualité de la Bretagne, ce sont ses hommes", a déclaré le géographe, pour qui les atouts de la région sont aussi à chercher du côté de son territoire et de sa capacité à avancer collectivement. "Contrairement à ce que j'ai pu entendre ici ou là, je ne pense pas que ce soit la fin du modèle agricole breton. Nous allons être obligés de revenir à une économie de production de richesses", a estimé Jean Ollivro. La table ronde a ensuite permis d'entendre une agricultrice du secteur en la personne de Nelly Aubry, le directeur des poulets de Janzé, Stéphane Letué ainsi qu'Olivier Clanchin, pdg de Triballat. "On comprend bien que la priorité des communes soit de développer la population, mais cela se fait toujours au détriment des surfaces agricoles", a témoigné Nelly Aubry, productrice de lait et de volailles de Janzé. Et d'ajouter : "C'est le devoir des collectivités de défendre les espaces agricoles. On voit d'ailleurs, notamment par l'intermédiaire de la loi de modernisation, qu'une prise de conscience s'effectue à travers une volonté de densifier l'habitat dans les centres".  Le directeur de la coopérative des poulets de Janzé, Stéphane Letué est quant à lui intervenu sur les avantages de la coopération, qu'il s'agisse des poulets de Janzé, ou à plus grande échelle, comme avec l'exemple de Coop d'ici, des coopératives qui mettent des moyens en commun, de manière à être en capacité de répondre aux appels d'offres des collectivités.

Une demande internationale forte et un marchÈ national saturÈ

Enfin, pour Olivier Clanchin, "si la demande internationale est très forte, le marché national est saturé et la concurrence européenne est très forte". Interrogé sur les relations avec la grande distribution par une des personnes qui assistait au débat, le pdg de Triballat a mis en avant "une grande distribution qui a beaucoup fait pour l’organisation et le développement de la production, en demandant en contre-partie une baisse des prix. Sauf qu'aujourd'hui, on nous demande de baisser les prix mais il n'y a pas les volumes en face". En filigrane, c'est l'éternelle question de la guerre des prix à laquelle se livrent les grandes surfaces, et dont les acteurs principaux, eux mêmes, ne semblent pas trouver de solution pour sortir de cette logique. Pour les intervenants de la table ronde, même si ce n'est pas toujours facile, "il faut toujours garder le pouvoir de dire non!"

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
Publicité